La France demande au G-7 de doubler le financement de l'éducation des filles dans le Sahel africain | Voix de l'amérique

La France demande au G-7 de doubler le financement de l'éducation des filles dans le Sahel africain | Voix de l'amérique

PARIS – La France souhaite que les principales économies industrielles du monde doublent le financement de l’éducation des filles au Sahel lors du sommet qui se tiendra le mois prochain à Biarritz, en France.

S'exprimant vendredi à Paris au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, le président français Emmanuel Macron a présenté des initiatives visant à accroître les opportunités éducatives et économiques pour les femmes, en mettant l'accent sur la région africaine du Sahel.

Macron, dont le pays assume actuellement la présidence des économies avancées du Groupe des Sept, a demandé aux autres membres du G-7 non seulement d’accroître leur engagement financier en faveur de l’éducation des filles dans le Sahel, mais également de veiller à ce que les fonds soient dépensés de manière efficace et efficace.

Macron a également dénoncé toute personne cherchant à empêcher les filles de recevoir une éducation, y compris pour des motifs religieux. Garder les filles à la maison, a-t-il dit, est une forme d'esclavage moderne.

Combattre les inégalités

Le président français a prononcé un discours à l'issue d'une réunion de deux jours réunissant les ministres du Développement et de l'Education des pays du G-7 sur le thème plus large de la lutte contre les inégalités, objectif poursuivi par la présidence française du G-7.

La directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, a déclaré que si la parité entre les sexes dans l'éducation augmentait dans le monde entier, elle était à la traîne à certains endroits, y compris dans les zones de conflit. Dans certaines des régions les plus pauvres de l'Afrique subsaharienne, a-t-elle déclaré, seules 30 filles sur 100 garçons ont terminé leurs études secondaires entre 2013 et 2017.

La lauréate du prix Nobel de la paix et militante des droits pakistanais, Malala Yousafzai, a également appelé les membres du G-7 à augmenter les fonds alloués à l'éducation des filles dans les pays en développement, en particulier en Afrique.

"À l'heure actuelle, les résultats ne sont pas suffisants", a-t-elle déclaré. "Seulement 10% de votre aide est destinée aux pays où les filles sont confrontées aux plus grands défis."

Elle a déclaré que l'éducation des filles pouvait représenter jusqu'à 30 000 milliards de dollars pour l'économie mondiale et elle a exhorté les membres du G-7 à garantir aux filles du monde entier l'accès à au moins 12 ans de scolarité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *