La France déclare que huit pays de l'UE sont d'accord

La France déclare que huit pays de l'UE sont d'accord

Copyright de l'image
KARPOV / SOS MEDITERRANEE

Légende

Les migrants qui voyagent voyagent souvent dans des navires mal entretenus et surpeuplés

La France indique que huit pays de l'UE ont accepté de partager la réinstallation des migrants sauvés en Méditerranée – mais que l'Italie n'en fait pas partie.

Le président Emmanuel Macron a déclaré que six autres nations soutenaient en principe un plan franco-allemand lors de pourparlers à Paris.

Il dit qu'il n'acceptera pas de débloquer les fonds structurels de l'UE pour les pays qui refusent de partager le fardeau.

L'Italie, qui a été à l'avant-garde de l'afflux de migrants dans l'UE, a snobé les pourparlers.

Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, qui dirige le parti de droite de la Ligue, a mené la position dure du pays vis-à-vis de la migration.

Des milliers de migrants tentent chaque année de traverser la Méditerranée pour se rendre en Europe, et la Libye est un point de départ essentiel. Ceux qui font le voyage voyagent souvent dans des navires mal entretenus et surpeuplés, et beaucoup sont morts.

Cependant, depuis mi-2017, le nombre de voyages de migrants a considérablement diminué, principalement grâce aux efforts déployés par l'Italie et d'autres pays de l'UE pour encourager la Libye à empêcher les migrants de traverser la Méditerranée – une politique condamnée par les organisations de défense des droits de l'homme.

Qu'a dit le président Macron?

Après les discussions de lundi auxquelles ont participé les ministres de l'intérieur et des affaires étrangères de l'UE, M. Macron a déclaré: "La conclusion de la réunion de ce matin est que 14 États membres ont approuvé le document franco-allemand.

"Sur ces 14, huit ont mis en place leur coopération et leur participation au mécanisme stable qui permettrait au commissaire de donner suite aux demandes et à la réponse des huit États membres dans l'esprit de solidarité nécessaire."

M. Macron n'a fourni aucun détail sur l'accord conclu.

Les huit pays sont la Croatie, la Finlande, la France, l'Allemagne, l'Irlande, la Lituanie, le Luxembourg et le Portugal.

Les six pays de l'UE qui ont soutenu l'accord en principe n'ont pas encore été nommés.

La lecture multimédia n'est pas prise en charge sur votre appareil

Légende du médiaDes femmes et des enfants sont détenus dans des camps proches de violents combats en Libye

Dans le même temps, le président Macron a déclaré qu'il s'opposerait au déblocage de fonds européens vers les pays refusant de coopérer.

"L'Europe ne peut pas être à la carte quand il s'agit de solidarité. Nous ne pouvons pas avoir des États qui disent:" Nous ne voulons d'aucune de votre Europe lorsqu'il s'agit de partager le fardeau, mais nous le faisons lorsqu'il s'agit de fonds structurels ".

"Cela ne durera pas, ou en tout cas je ne signerai pas les dispositions financières qui vont dans cette direction", a déclaré M. Macron.

Ses commentaires sont perçus comme un avertissement clair à la Hongrie et à la Pologne, dont les gouvernements ont adopté des politiques radicales à l'égard des migrants.

Qu'en est-il de la réaction de l'Italie?

M. Salvini n'a pas participé aux négociations de Paris.

Dans un tweet jeudi dernier (en italien), il a écrit que "l'Italie ne prend pas les ordres", ajoutant que si M. Macron voulait discuter de la question des migrants, il devrait venir à Rome.

Plus tôt ce mois-ci, l'Italie a officiellement fermé un centre pour migrants sur l'île italienne de Sicile, qui était l'un des plus grands du genre en Europe. a été officiellement arrêté.

  • Salvini: L'Italie peut-elle faire confiance à cet homme?
  • Crise des migrants de l'UE en Europe: un gâchis ou une politique cynique?

M. Salvini a assisté à la fermeture du centre Mineo, qui abritait plus de 4 000 personnes à son apogée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *