La France confiante dans son enquête sur l'assassinat du japonais – Actualités – NHK WORLD

La France confiante dans son enquête sur l'assassinat du japonais - Actualités - NHK WORLD

Les enquêteurs français ont exprimé leur confiance dans leur enquête sur un homme chilien soupçonné d'avoir tué une étudiante japonaise en France.

Ils se sont entretenus mardi lors d'une conférence de presse commune avec leurs homologues chiliens, à la suite de la rencontre d'investigateurs des deux pays dans la capitale chilienne, Santiago.

Les enquêteurs doivent interroger Nicolas Zepeda, le meurtrier présumé de Narumi Kurosaki. Kurosaki, une ex-petite amie de Zepeda, a disparu en décembre 2016 alors qu'elle fréquentait l'université à Besançon, dans l'est de la France.

La France avait réclamé sa détention et son extradition. Mais en 2017, la plus haute juridiction du Chili a rejeté la demande, affirmant qu'il n'y avait pas de motifs suffisants pour le retenir.
Lors de la conférence de presse, un procureur français a souligné un ensemble de preuves matérielles rassemblées par les enquêteurs et s'est déclaré convaincu que le suspect était le meurtrier.

Les autorités chiliennes ont simplement indiqué qu'elles coopéreraient étroitement avec la partie française. Ils ont également affirmé que le suspect avait le droit de garder le silence et de faire preuve de prudence dans son enquête.

Après la disparition de Kurosaki, les enquêteurs français ont fouillé les forêts de la banlieue de Besançon et d'ailleurs, mais n'ont trouvé aucun indice permettant de savoir où elle se trouvait. Ils ont suspendu les recherches en octobre dernier.

L'attention est concentrée sur la capacité des enquêteurs français à extraire du suspect toute déclaration susceptible d'aider à résoudre le cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *