La France approuve l'interdiction de frapper les enfants »Capital News

La France approuve l'interdiction de frapper les enfants »Capital News
En passant l’interdiction de frapper, la France devient le 55ème État à mettre fin aux châtiments corporels infligés aux enfants © AFP / Fichier / PATRICK KOVARIK

, Paris, France, 30 nov. – Le parlement français a adopté mardi une interdiction largement symbolique d'empêcher les parents de frapper leurs enfants, une pratique qui, bien que condamnée par l'ONU, bénéficie toujours d'un large soutien dans le pays.

La mesure a été approuvée à l’unanimité lors d’un vote final au Sénat, faisant de la France le 55ème État à interdire les châtiments corporels aux enfants.

Il sera écrit dans le Code civil et lu aux couples lorsqu’ils échangent leurs vœux matrimoniaux, les nouveaux mariés étant informés que «l’autorité parentale est exercée sans violence physique ou psychologique».

La mesure, qui avait été adoptée par les députés en novembre, devait facilement faire passer le Sénat malgré les législateurs de droite plaidant contre ce qu'ils considèrent comme une "ingérence" dans la vie de famille.

La violence à l’égard des enfants est déjà interdite par le code pénal français, mais un addendum du 19e siècle à la définition de l’autorité parentale donnée par le Code civil prévoyait des mesures pour que les parents «disciplinent» leurs enfants.

Selon la Fondation française pour l’enfance, 85% des parents français admettent avoir giflé leurs enfants.

Les tentatives des gouvernements précédents pour interdire cette pratique ont heurté les conservateurs, mais la résistance s'est atténuée ces dernières années.

La nouvelle loi ne prévoit pas de sanction spécifique pour les parents qui enfreignent les règles.

Son objectif principal est d'encourager la société à changer ses habitudes, a déclaré Maud Petit, la députée qui a parrainé la mesure.

La législation aligne la France sur les traités internationaux relatifs aux droits de l'enfant.

En 2015, le Conseil de l'Europe, qui formule des recommandations sur les droits, a souligné la France pour ne pas avoir suivi l'exemple des autres pays européens en interdisant le smacking.

Un an plus tard, le Comité des droits de l'enfant des Nations Unies a exhorté la France à «interdire explicitement» toutes les formes de châtiment corporel des enfants.


Publier des vues:
97

OBTENIR LES TOP NEWS DE LA JOURNÉE DIRECTEMENT DANS VOTRE INBOX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *