La France adoucit l'attitude avant le plaidoyer de mai pour un nouveau retard du Brexit | Actualité économique

U.S. News & World Report Homepage

DOSSIER – Sur cette photo d'archive du 24 novembre 2017, la Première ministre britannique Theresa May, à droite, s'entretient avec le président du Conseil européen, Donald Tusk, à sa deuxième gauche, sous le regard du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lors d'une réunion à Bruxelles. Les dirigeants européens vont confronter la première ministre britannique, Theresa May, pour la deuxième fois en trois semaines, à propos des projets de son gouvernement lors du sommet du Brexit, le mercredi 10 avril 2019, et de tels rassemblements ne deviennent pas plus amicaux. (AP Photo / Geert Vanden Wijngaert, Fichier) The Associated Press

Par RAF CASERT et SYLVIE CORBET, Associated Press

BRUXELLES (AP) – La France intransigeante a assoupli sa position mardi et s'est montrée disposée à accepter un nouveau retard dans le très attendu Brexit, réduisant ainsi les chances pour la Grande-Bretagne de sortir de l'Union européenne cette semaine sans projet futur.

La première ministre britannique, Theresa May, doit encore affronter mercredi un sommet d'urgence à Bruxelles pour plaider en faveur d'une nouvelle prolongation du Brexit, pour la deuxième fois en trois semaines. De tels rassemblements ne deviennent pas plus amicaux.

Alors que presque tout le monde était complètement résigné au départ de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, deux questions ont été au centre des préoccupations mardi: comment et quand faire parvenir poliment le Royaume-Uni à la porte.

Les pays de l'UE, en particulier la France, sont de plus en plus exaspérés par la division politique et l'incertitude qui règne en Grande-Bretagne quant à la voie à suivre.

Les dirigeants du bloc ont tenté d'aider May au cours des deux dernières années de négociations, même après qu'elle ait raté la date de son départ du Brexit, choisie le 29 mars, en raison d'une révolte parlementaire. Après avoir obtenu un délai jusqu'à vendredi, elle demandera un autre report qui durera jusqu'au 30 juin lors du sommet extraordinaire de l'UE.

Sur une charmante offensive avec des dirigeants clés, May s'est d'abord rendue à Berlin mardi pour plaider en faveur de bonnes relations avec la chancelière allemande Angela Merkel, avant de se rendre à Paris pour une rencontre avec le président Emmanuel Macron, considéré comme son homologue aux exigences les plus sévères.

"La France essaie vraiment de jouer le mauvais flic ici", a déclaré Larissa Brunner, analyste à l'European Policy Centre, évoquant l'insistance de la France selon laquelle une nouvelle prolongation de son délai devait être assortie de conditions et d'assurances de Londres.

Cependant, un responsable du bureau de Macron a déclaré mardi que la France était prête à accepter un nouveau retard.

Bien que Macron ait encore une longue liste de conditions, le ton de la France a changé radicalement par rapport à la semaine dernière. La raison de ce changement n’était pas claire, bien que l’on s’inquiète de plus en plus des conséquences d’un dur Brexit sur l’économie française. La semaine dernière, May a aussi encouragé la France à trouver un compromis sur l'opposition politique britannique. Macron a peut-être été influencé par une rencontre avec le Premier ministre irlandais.

La France, qui entretient avec la Grande-Bretagne une relation de haine et d'amour depuis environ 1 000 ans, est désormais à l'avant-garde pour amener l'UE à prendre des mesures décisives.

"Nous ne pourrons pas vivre perpétuellement avec la sortie du Brexit", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ce week-end. "À un moment donné, il y a une sortie."

L'Allemagne pense de même. "Il n'y a pas de volonté sans fin pour continuer à parler de retards tant qu'il n'y a pas de progrès substantiel du côté britannique", a déclaré Michael Roth, vice-ministre allemand des Affaires étrangères.

Tous les regards sont maintenant tournés vers Macron, qui a le pouvoir d'obliger la Grande-Bretagne à choisir entre un Brexit sans accord vendredi et l'annulation totale de son départ. Un départ radical au bord de la falaise aurait des coûts énormes pour les entreprises et les échanges commerciaux de l’autre côté de la Manche et serait très pesant pour les voyageurs, dans la mesure où il frapperait du jour au lendemain les aéroports, les ports, les règles tarifaires et les réglementations standard.

Selon les règles de l'UE, toute prolongation de la date butoir du Brexit requiert l'unanimité des 27 autres États membres. Même si les plus petits États membres auraient du mal à le faire seuls, la France n'a jamais craint d'être un des leaders de l'UE – même à la dépense de la Grande-Bretagne.

Après tout, le président français Charles De Gaulle a opposé son veto à deux reprises à l'adhésion britannique dans les années 1960, et les deux pays ont longtemps lutté contre tout, allant de l'agriculture aux droits de pêche, en passant par les droits de pêche que la Grande-Bretagne devrait verser dans le budget de l'UE.

Ajoutez à cela le soutien de longue date de la France au contrôle de l'économie par l'État par opposition à la ferme défense du libéralisme libéral par le Royaume-Uni, et le potentiel de luttes politiques internes a toujours été là.

Parmi les conditions, la France est sur le point d'accepter un nouveau retard: une "perspective crédible" d'une solution quelconque à l'impasse politique britannique. Une promesse que la Grande-Bretagne ne continuera pas à demander plus de retard. Et garantit que la Grande-Bretagne ne sera pas impliquée dans les futures décisions de l'UE alors que son drame sur le Brexit se joue.

"Plus l'extension sera longue, plus il faudra de garanties", a déclaré le responsable français, à condition qu'il ne soit pas nommé conformément à la politique présidentielle.

Le désordre parlementaire britannique byzantin qui a laissé le Brexit dans un état de mutation a ajouté à la contrariété continentale.

"Nous sommes dans une situation très, très frustrante", a déclaré l'allemand Roth lors de son arrivée mardi à Luxembourg lors d'une réunion de l'UE. Mais, a-t-il ajouté, un Brexit désordonné serait "la pire des options sur la table".

"Jusqu'ici, absolument rien n'a changé", a déclaré Roth. "Au sein de l'Union européenne, il n'y a pas de volonté sans fin pour continuer à parler de retards tant qu'il n'y aura pas de progrès substantiel du côté britannique."

Chaque initiative britannique visant à obtenir un accord a échoué jusqu'à présent. Plusieurs jours de pourparlers entre le gouvernement conservateur de May et le principal parti d'opposition, le Parti travailliste, ont tenté de trouver un accord de compromis sur le Brexit. Les travaillistes sont favorables à un Brexit plus modéré que celui proposé par le gouvernement et souhaitent conserver une relation économique étroite avec le bloc.

Après de nouvelles discussions mardi au cours d'un déjeuner informel composé de sandwiches et de rouleaux de saucisses, les deux parties ont annoncé qu'elles reprendraient leurs discussions après le sommet de l'UE de mercredi.

Le bureau de May à Downing Street a déclaré que les discussions avaient été "productives et variées". La porte-parole du mouvement syndical, Rebecca Long-Bailey, a déclaré qu'il n'y avait pas eu "de changement fondamental … mais nous espérons que des progrès seront réalisés".

Pendant deux ans, le 29 mars a été la date fixée par la loi pour faire passer le Brexit. La nouvelle ligne rouge est devenue les élections européennes du 23 au 26 mai et le début le 2 juillet de la nouvelle session législative quinquennale de l'UE.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a annoncé la possibilité d'un "retard" de longue durée, d'une "flexion" d'un an.

Toutefois, certains dirigeants européens craignent des inconvénients, en particulier après que des promoteurs britanniques du Brexit ont suggéré de tenter de rendre la vie difficile à l'UE.

Le législateur conservateur Mark François a déclaré que si le Royaume-Uni restait dans le bloc, "nous deviendrions alors un cheval de Troie au sein de l'UE, ce qui ferait complètement échouer toutes vos tentatives de poursuivre un projet plus fédéral".

Il n’est donc pas étonnant que les dirigeants européens recherchent un véritable engagement de coopération à compter du mois de mai comme condition préalable à une longue prolongation de la date butoir du Brexit.

Geir Moulson à Berlin et Danica Kirka et Jill Lawless à Londres ont contribué à ce rapport.

Suivez la couverture complète du Brexit par AP à l'adresse: https://www.apnews.com/Brexit

Copyright 2019 La Presse Associée. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *