La France adopte une loi exigeant que Facebook supprime le discours de haine dans les 24 heures

La France adopte une loi exigeant que Facebook supprime le discours de haine dans les 24 heures
Le logo Facebook est affiché à Paris. (Thibault Camus / AP)

L’Assemblée nationale française a adopté mardi un projet de loi visant à réduire le discours de haine en ligne, accordant 24 heures aux plateformes de médias sociaux pour supprimer les contenus haineux ou risquer des amendes pouvant atteindre 4% de leurs recettes mondiales.

Le projet de loi va maintenant au Sénat français et pourrait devenir loi après les vacances parlementaires de l'été.

Le président français, Emmanuel Macron, s'est fait l'avocat de la nécessité de réglementer le discours de haine sur des plateformes telles que Facebook et Twitter avant qu'il ne puisse provoquer une violence réelle. Macron a commencé la campagne au milieu d'une recrudescence de l'antisémitisme. Et après qu'un homme armé lié à des groupes haineux en ligne ait diffusé en mars dernier son attaque sur deux mosquées néo-zélandaises, Macron a rejoint la première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, appelant à un effort international pour éliminer les contenus violents et extrémistes.

En France, le projet de loi avait été proposé par Laetitia Avia, une législatrice de la région parisienne et le parti Macron. En tant que femme noire, elle a été victime de harcèlement et de menaces en ligne.

La prémisse de la facture a été résumée par un vidéo de campagne dans lequel un homme porte un énorme panneau publicitaire avec des slogans antisémites et violents. Les passants sont clairement perturbés. Certains s'arrêtent pour le confronter.

«Cela vous choque dans la rue», a écrit Avia en présentant cette vidéo. "Pourquoi l'accepter sur Internet?"

Le projet de loi encourage les utilisateurs à signaler en ligne toute déclaration qu'ils jugent raciste, sexiste ou homophobe, ou qui pourrait inciter à la violence terroriste ou au harcèlement. Il incombe ensuite aux plateformes de médias sociaux d'examiner le contenu signalé et de supprimer les éléments offensants en une journée.

En vertu d'une loi similaire en Allemagne, les autorités ont infligé une amende de 2,3 millions de dollars à Facebook pour avoir sous-déclaré le nombre de plaintes reçues concernant des contenus illicites.

Les critiques évoquent des violations potentielles de la liberté d'expression.

L’organe qui serait responsable de l’application de la nouvelle réglementation est le Conseil français de la sûreté audiovisuelle (CSA), son régulateur général de la radiodiffusion. Mais le CSA est une agence dont le responsable est finalement nommé par le président.

D'autres notent que la France – et certainement en comparaison des États-Unis – a déjà une législation stricte en matière de discours de haine, dans laquelle les déclarations des variétés spécifiées dans le nouveau projet de loi sont déjà punies par la loi. Pour les défenseurs de la liberté d'expression, le discours de haine est une question qui appartient aux autorités judiciaires – et non à Facebook et Twitter.

«Le rôle de la justice doit être préservé», écrivait la Ligue française des droits de l’homme aux auteurs du projet de loi. «L’évaluation de la nature illégale du contenu incitant à la haine ne peut être confiée aux seuls exploitants de plateformes, au risque de provoquer la privatisation des fonctions judiciaires et de saper les garanties démocratiques offertes à nos citoyens.»

Cependant, la chambre basse du Parlement français était moins inquiète: le projet de loi a été adopté à 434 voix contre 33.

"Si nous avons mis autant de détermination dans cette lutte, c'est parce que nous pensons que nous pouvons changer le cours des choses sans céder au fatalisme", a déclaré Avia lors de la procédure, mardi. diffuser. “Que nous devons protéger les internautes. Que nous avons une obligation de résultat. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *