La déshydratation et la famine du Français Vincent Lambert commencent | Nouvelles

Jeanne Smits, correspondante à Paris

2 juillet 2019 (LifeSiteNews) – La déshydratation et la famine de Vincent Lambert ont repris. Moins de quatre jours après l’arrêt de la Cour de cassation française contre la décision de la Cour d’appel de Paris qui a sauvé la vie de Lambert le 20 mai, le Dr Vincent Sanchez a saisi l’occasion la plus précoce pour calmer profondément Lambert et tirer son tube d’alimentation le mardi 2 juillet.

La Française Terri Schiavo, une femme de 42 ans atteinte de tétraplégie et atteinte de lésions cérébrales, va mourir dans environ une semaine, selon Bernard Devalois, médecin spécialisé dans les soins palliatifs, qui a déclaré à l'agence de presse française AFP que, dans de tels cas, les patients recevaient du midazolam par voie intraveineuse. , un sédatif puissant. Les médias traditionnels répètent que «Vincent ne souffrira pas» alors que ses organes se ferment faute de fluides.

«Dans le cas de M. Lambert, il n'y a pas de sensation de soif: pour avoir soif, il faut être conscient», a déclaré Devalois.

Les médias répètent également que Lambert est dans un «état végétatif» et qu'il va «pouvoir mourir», de la même manière qu'il insiste sur le fait qu'il a été «débranché», comme s'il s'agissait d'une machine de survie. a été désactivé.

Des médecins spécialisés qui travaillent personnellement avec des patients atteints de lésions cérébrales dans le même état que Lambert ont expliqué tout au long de l'affaire qu'il avait une forme de conscience qui, comme le confirme sa mère, réagit bien quand il réagit à ses demandes et suit les visiteurs avec ses yeux. et est capable d'avaler des flans et de la purée de fruits en petites quantités quand elle les lui donne avec une cuillère. Il n'est absolument pas dans une situation de fin de vie.

Comme Eric Kariger, le premier médecin à avoir mis Lambert en fin de vie en 2013, Sanchez est un gériatre sans expérience ni connaissances spécialisées des personnes atteintes de lésions cérébrales et de handicaps graves.

Viviane Lambert, la mère de Vincent qui, avec son mari Pierre et deux de leurs enfants, se bat pour sa vie devant les tribunaux depuis six ans, a été informée du processus de fin de vie par courrier électronique mardi matin à Sanchez.

Elle revenait tout juste de Genève, où elle avait témoigné la veille à l'ONU du fait que son fils était en vie et devait être protégé de l'assassinat.

Viviane Lambert a pu prendre la parole deux fois lundi au Palais des Nations, siège des Nations Unies en Suisse, où le Comité des droits de l’homme tient sa 126ème session. Après avoir voyagé à Genève avec les avocats Jérôme Triomphe et Jean Paillot, ainsi que Gregor Puppink du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), elle s'est adressée aux délégués diplomatiques à la commission des Nations Unies et a également donné une conférence de presse. À ce moment-là, elle ne savait pas que Sanchez avait l'intention de tenter de nouveau de tuer son fils le lendemain.

S'adressant aux délégués, elle a déclaré:

«Aujourd'hui, je vous lance un appel à l'aide.

«Sans votre intervention, mon fils, Vincent Lambert, sera euthanasié par un médecin en raison de son handicap cérébral.

«Il est dans un état de conscience minimale: il n'est pas un légume! Il dort la nuit, se réveille le jour et me regarde lorsque je lui parle. Il n'a besoin que de recevoir sa nourriture à travers un tube. Et c’est ce tube que son médecin veut lui priver pour le faire mourir, même si une équipe d’experts juridiques a déclaré qu’il n’était soumis à aucune sorte d’agressivité thérapeutique.

«Le 19 mai, la veille de son décès prévu, il a pleuré en nous voyant. Nous sommes toujours profondément secoués.

«C’est la raison pour laquelle nous avons renvoyé cette question au Comité des droits des personnes handicapées de l’ONU, car la Convention relative aux droits des personnes handicapées interdit la privation de nourriture et de boisson au motif du handicap. Faire cela serait une discrimination.

«À deux reprises, ce comité a demandé à la France de ne pas tuer Vincent. Mais le gouvernement français refuse, en violation flagrante de ses obligations internationales.

«Je vous prie d'intervenir auprès de la France pour lui rappeler son obligation de respecter les mesures provisoires prescrites par le Comité et de ne pas tuer mon fils.

«À part mon fils, ce sont les vies de 1 700 autres personnes qui partagent sa maladie qui sont en danger.

"Aidez nous s'il vous plaît."

À la presse, elle a déclaré que son fils risquait d'être «assassiné».

Le Comité pour les droits des personnes handicapées est clairement sensible à ses appels émotionnels. Après avoir été informé de la décision de Sanchez d'aller immédiatement de l'avant avec le protocole de fin de vie, il a adressé mardi une demande d'urgence à la France, demandant au pays de respecter sa décision imposant des "mesures provisoires" de ne pas mettre en œuvre un acte irréversible qui priverait Lambert de sa vie, afin que le comité puisse examiner si les droits de cette personne handicapée sont violés.

Plus tard dans la journée, Triomphe et Paillot ont publié la déclaration suivante:

«Le 2 juillet, nous avons informé la CDPH de la nouvelle annonce du Dr Sanchez indiquant qu’il cessait de nourrir et d’hydrater Vincent Lambert aujourd’hui.

«Le Département des demandes et des enquêtes de la CDPH a réitéré à l’État français sa demande de maintenir la nourriture et l’hydratation de M. Vincent Lambert par mesure de précaution.

«Il est rappelé que les mesures provisoires sont obligatoires afin de garantir l'efficacité de l'appel formé devant la CDPH, qui exige que la vie de Vincent Lambert ne soit pas lésée.

«Le 17 mai 2019, le Défenseur des droits (français) en personne a réitéré le caractère obligatoire des mesures provisoires de la CDPH.

«Nous venons d’informer le Dr Sanchez.

«Nous continuerons à agir par tous les moyens légaux pour appliquer ces mesures provisoires.

"Il n'y aura pas d'autres commentaires en l'état des choses."

Jérôme Triomphe – Jean Paillot

Conseil des parents, frère et soeur de Vincent Lambert.

Il est clair qu'ils n'ont pas encore perdu espoir.

Quant à Vincent Lambert, il a jusqu'à présent fait preuve d'une résilience exceptionnelle pour rester en vie malgré sa situation difficile. Il a survécu à 31 jours sans nourriture et peu d'eau en 2013 jusqu'à ce qu'un tribunal lui ordonne de le nourrir et de le soigner.

Selon Emmanuel Hirsch, professeur d'éthique médicale à l'Université Paris-Saclay, «Vincent Lambert, résolu à vivre dans la chambre d'un hôpital, témoigne de sa volonté de ne pas abandonner, de ne pas renoncer à son existence."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *