La colère de la veste jaune brûle en France, cette fois alimentée par l'incendie de Notre Dame

La colère de la veste jaune brûle en France, cette fois alimentée par l'incendie de Notre Dame

Les manifestants français ont mis le feu à des incendies samedi à Paris pour faire passer leur message à un gouvernement qui, selon eux, ignore les pauvres: la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame ravagée par les incendies n’est pas le seul problème que la France doit résoudre.

Comme les gilets haute visibilité que portent les manifestants, les petits incendies éparpillés à Paris semblaient être un appel collectif lancé au gouvernement du président français Emmanuel Macron: "Regardez-moi, j'ai besoin d’aide aussi!"

La police a tiré un canon à eau et pulvérisé des gaz lacrymogènes pour tenter de contrôler des éléments radicaux qui se déchaînent en marge de la marche pacifique, qui est l'une des nombreuses actions menées autour de Paris et d'autres villes françaises.

Les manifestations ont marqué le 23e week-end consécutif d’actes portant un gilet jaune contre le gouvernement centriste de Macron, qu’ils considèrent comme favorisant les riches et les grandes entreprises. Les manifestants se considèrent comme des défenseurs des travailleurs français, des étudiants et des retraités français aux abois, frappés par un taux de chômage élevé, des impôts élevés et une baisse du pouvoir d'achat.

Mais la violence et les divisions ont entaché le mouvement.

Des journalistes de l'Associated Press ont vu une voiture, des motos et des barricades incendiées autour de la place de la République, dans l'est de Paris. L'odeur de gaz lacrymogène mélangée à la fumée étouffait l'air.

Les pompiers parisiens – qui avaient lutté plus tôt cette semaine pour empêcher l’effondrement de Notre Dame du XIIe siècle – ont rapidement réagi en éteignant les flammes lors de la manifestation de samedi.

Des manifestants masqués ont lancé des pavés et des fusées éclairantes. La police anti-émeute casquée a accusé à plusieurs reprises alors qu'elle tentait de contenir la foule. Les reporters d'AP ont vu au moins deux journalistes blessés dans la mêlée. Troublemakers a également saccagé au moins deux magasins et un manifestant vêtu de noir a sauté sur une Mercedes garée, brisant son pare-brise.

La police parisienne a déclaré que les autorités avaient arrêté plus de 200 personnes en début d'après-midi et effectué des contrôles inopinés sur plus de 20 000 personnes qui tentaient d'entrer dans la capitale pour participer à la manifestation.

La violence contrastait nettement avec l'atmosphère pacifique d'une autre marche à travers Paris, où les manifestants ont pleuré l'incendie de Notre-Dame tout en maintenant la pression exercée sur Macron. Ils ont essayé de marcher jusqu'à Notre-Dame même, mais ont été arrêtés par la police à quelques centaines de mètres.

Les jeunes femmes de cette marche ont dévalé une rue bordant la Seine avec des batteurs et des chanteuses. Un manifestant portait une énorme croix en bois ressemblant à celles des processions du vendredi saint.

De nombreux manifestants ont été profondément attristés par l'incendie d'un monument national. Mais en même temps, ils sont en colère contre les dons d’un milliard de dollars destinés aux rénovations de Notre-Dame qui ont afflué de magnats français alors que leurs propres demandes économiques restent largement non satisfaites et qu’ils ont du mal à joindre les deux bouts.

Un manifestant tient une pancarte représentant le président français Emmanuel Macron dans l'uniforme d'un officier allemand de la Seconde Guerre mondiale alors qu'elle se tient devant la police anti-émeute lors d'une manifestation antigouvernementale appelée par le mouvement des "gilets jaunes" à Paris samedi.

Zakaria Abdelkafi / AFP / Getty Images

"Je pense que ce qui s'est passé à Notre-Dame est une grande tragédie, mais les humains devraient être plus importants que les pierres", a déclaré le manifestant Jose Fraile.

Quelque 60 000 policiers se sont mobilisés pour les manifestations de samedi dans toute la France, et la lourde sécurité a empêché certains touristes de profiter de la capitale française par une chaude journée de printemps.

"Paris est très difficile en ce moment", a déclaré Paul Harlow de Kansas City, Missouri, en regardant tristement le Notre Dame endommagé.

Lui et sa femme, Susan, ne sont restés à Paris que quelques jours et ne se sont pas rendus à temps pour voir la cathédrale. Samedi, leurs efforts pour visiter les musées ont été déraillés par des passages souterrains fermés et des routes barrées.

"Je ne pense pas que nous serons de retour", a-t-il déclaré.

D'autres visiteurs ont manifesté leur solidarité avec la cause du gilet jaune.

"Je ne suis pas intéressé à les rejoindre, mais je peux comprendre de quoi ils sont fâchés", a déclaré Antonio Costes, un retraité de Montreuil, en banlieue parisienne, venu samedi pour constater les dégâts causés à Notre Dame. "Il y a beaucoup d'injustice."

Macron défend les politiques pro-business qui, selon lui, créeront des emplois indispensables en France. Il devait présenter ses réponses aux inquiétudes concernant les vestes jaunes lundi soir – réductions d'impôts pour les ménages à faible revenu, mesures visant à augmenter les retraites et aider les parents célibataires – mais a annulé le discours après l'incendie de Notre Dame. Il doit maintenant s’adresser à la nation jeudi.

Certains critiques de la veste jaune accusent Macron d'essayer d'exploiter le feu à des fins politiques. Un manifestant portait une pancarte indiquant Macron: "Pyromane, nous allons vous carboniser."

Un autre grand signe: "Victor Hugo remercie tous les donateurs généreux qui sont prêts à sauver Notre Dame et propose de faire la même chose avec Les Misérables", faisant référence aux romans de son célèbre écrivain sur la cathédrale et les luttes des pauvres en France.

Le gouvernement a estimé que quelque 27 900 personnes ont défilé samedi en France, dont quelque 9 000 à Paris. C'était en dessous des estimations des organisateurs.

La cause du gilet jaune a débuté en novembre suite à la hausse des taxes sur les carburants et s’est étendue à une vaste liste de problèmes économiques, notamment des taxes élevées et des salaires stagnants. Il a souffert de divisions au cours des derniers mois, notamment à cause de la violence de protestation et des opinions extrémistes de certains manifestants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *