La banque française Crédit Agricole prévoit une croissance des bénéfices plus lente

Un logo est représenté sur une succursale d'une banque du Crédit Agricole à Paris, en France, le 16 mai 2018. REUTERS / Charles Platiau

6 juin 2019

Par Inti Landauro et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) – Le Crédit Agricole, deuxième banque française cotée en bourse, a déclaré jeudi que la croissance des bénéfices ralentirait au cours des quatre prochaines années, adoptant une perspective prudente face à la faiblesse des taux d'intérêt et à la détérioration potentielle de son portefeuille de prêts.

Les grandes banques européennes telles que Crédit Agricole ont du mal à générer de la rentabilité car les taux d'intérêt bas ont limité les rendements de la banque de détail, tandis que la banque de financement et d'investissement est vulnérable à la volatilité des marchés financiers.

Alors que ses rivaux français BNP Paribas et Société Générale ont connu des fluctuations brutales au cours des derniers trimestres de leurs activités de banque de financement et d’investissement, le Crédit Agricole a dégagé des bénéfices plus stables.

Dans son plan précédent, le Crédit Agricole visait une augmentation de 10% de son bénéfice net au cours des trois années jusqu'en 2019, mais a réussi à le réaliser un an plus tôt que prévu en enregistrant une augmentation de ses bénéfices de 25% sur les deux années jusqu'en 2018.

La banque a annoncé jeudi qu'elle prévoyait un bénéfice net annuel supérieur à 5 milliards d'euros (5,6 milliards de dollars) en 2022, soit une augmentation d'au moins 3% par rapport aux 4,4 milliards d'euros rapportés en 2018.

"Nous sommes prudents, cela fait partie de notre ADN", a déclaré Jerome Grivet, directeur financier de la banque. "Nous pensons être en mesure de fournir des résultats même en cas d'augmentation du coût du risque."

La rentabilité – mesurée par le rendement des fonds propres corporels – devrait ralentir du fait de la détérioration de la qualité de son portefeuille de prêts, a déclaré la banque.

Le rendement des fonds propres corporels de la banque sera d’au moins 11% en 2022, contre 12,7% en 2018. La banque visait un rendement des fonds propres corporels de 10% pour la période 2016-2019.

Les actions ont progressé de 0,5% en milieu de matinée à 10,47 euros, après une baisse de plus de 1% à l’ouverture des marchés.

NOTE PRUDENTE

Le Crédit Agricole était également conservateur dans ses anticipations de taux d’intérêt pour la période allant jusqu’à 2022. M. Grivet a déclaré qu’il s’attendait à ce que la croissance économique reste «molle» comme au cours des derniers trimestres.

"Le groupe est devenu plus prudent sur les hypothèses macroéconomiques, notamment en ce qui concerne le coût du risque", a déclaré le courtier Jefferies dans une note aux investisseurs.

La banque prévoit de se développer en conquérant des clients pour ses banques de détail en Italie et en France et en attirant les moyennes entreprises proposant des services bancaires aux entreprises, tels que la gestion de trésorerie.

Le président-directeur général, Philippe Brassac, a répété que la banque ne prévoyait pas une fusion ou un accord transfrontalier d'envergure susceptible de modifier de manière significative sa taille ou son périmètre, mais était disposée à acquérir des activités spécifiques auprès de concurrents.

"Nous n’avons aucune pression ni besoin de mener des opérations stratégiques", a déclaré Brassac. "La taille critique n'est pas un problème."

Au cours des deux dernières années, le Crédit Agricole a racheté des gestionnaires d'actifs, des dépositaires et de petites banques d'autres pays européens et prévoit de poursuivre cette stratégie de croissance.

Dans le but de réaliser des augmentations régulières de ses bénéfices, le Crédit Agricole a déclaré qu’il libérerait des capitaux pour augmenter la taille de son portefeuille de prêts en abaissant son ratio d’actions ordinaires, catégorie 1 – mesure de la solvabilité de la banque – de 11,5% à 20% en 2022. la fin de 2018.

La banque mère du Crédit Agricole, le Groupe Crédit Agricole – qui possède également des banques régionales françaises – augmentera son ratio en 2022 pour le porter de 15% à 20% en 2018.

La banque investira également 15 milliards d'euros dans de nouvelles technologies pour suivre le rythme des tendances de la banque mobile et des services de paiement en temps réel.

(Reportage par Inti Landauro et Matthiew Protard, édité par Deepa Babington)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *