Jean-Jacques Savin: un Français termine la traversée de l'Atlantique en baril

Jean-Jacques Savin: un Français termine la traversée de l'Atlantique en baril

Copyright de l'image
AFP

Légende

L'aventurier a déclaré que le voyage était "passionnant … mais aussi assez risqué"

Un aventurier français âgé de 72 ans se trouve sur la Martinique, une île des Caraïbes, après avoir traversé avec succès l'océan Atlantique dans une capsule orange en forme de tonneau.

Jean-Jacques Savin a entrepris son voyage fin décembre à El Hierro, dans les îles Canaries, en Espagne.

Il a utilisé uniquement les courants océaniques pour propulser la capsule à travers l'Atlantique.

M. Savin a déclaré que son voyage avait été réussi le 27 avril, alors qu'il entrait dans les Caraïbes après 122 jours de mer.

Le voyage a duré plus de 4 500 km.

Tu pourrais aussi aimer:

Comme M. Savin l'a expliqué dans un article sur Facebook, un pétrolier néerlandais l'a d'abord pris avec le baril dans les eaux des Caraïbes et les a livrés à la petite île néerlandaise de Sint Eustatius.

Quelques jours plus tard, un remorqueur français l'a amené jeudi dans le département français d'outre-mer, en Martinique.

"C’était un voyage exaltant, mais aussi très risqué", a déclaré M. Savin après son arrivée en Martinique.

Copyright de l'image
AFP / Getty

Copyright de l'image
AFP

L'ancien parachutiste militaire a passé plus de quatre mois dans le canon, long de 3 m et large de 2,10 m.

Le navire comprend une couchette, une cuisine et des rangements, ainsi qu'un hublot dans le sol à travers lequel il a pu observer le passage des poissons.

La capsule a été construite pour résister aux vagues et aux attaques potentielles des baleines orques. Un panneau solaire a été utilisé pour générer l’énergie nécessaire aux communications et au positionnement GPS.

M. Savin a principalement survécu dans les réserves d'aliments lyophilisés, ainsi que dans les stocks de poisson fraîchement pêché et les provisions offertes par les navires qu'il a passés.

Le budget pour le voyage a été largement augmenté grâce au financement participatif.

Quand il est parti en décembre, M. Savin a dit en plaisantant qu'il aimerait vraiment se retrouver sur une île française comme la Martinique ou la Guadaloupe.

Au cours de son voyage, l'aventurier a travaillé sur un livre sur l'expérience qu'il compte publier plus tard cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *