InternationElles: Nous participons au Tour de France car le peloton féminin mérite une course

InternationElles: Nous participons au Tour de France car le peloton féminin mérite une course

En juillet dernier, Helen Bridgman parcourt les 3 460 kilomètres du Tour de France avec InternationElles – pour montrer que si les femmes amateurs peuvent le faire, le pro-peloton féminin le peut certainement.

Elle nous apportera des mises à jour hebdomadaires sur les blogs au fur et à mesure que le groupe traversera Bruxelles, puis la France. Si vous aimez regarder les points, vous pouvez suivre les progrès de l’équipe ici.

Alors que les jambes sont encore fraîches et sans douleurs, voici le «qui», «quoi», «pourquoi»…


En février de cette année, je suis devenu membre d'une nouvelle équipe, l'InternationElles. Composé de dix coureuses amateurs du monde entier, nous courons chaque étape un jour avant la course professionnelle du Tour de France.

Nous ne courons pas, nous accomplissons la distance absolue en équipe.

>>> 13 femmes iront à Paris demain mais la parité est leur ligne d'arrivée

J'ai commencé à faire du vélo pour le plaisir il y a environ sept ans et je suis passé à la vitesse supérieure il y a environ deux ans lorsque j'ai commencé à courir. Même envisager de parcourir 3 460 km sur 21 jours est un peu intimidant!

Image: Document de la presse cycliste Attacus

Pourquoi est-ce que je fais cela?

Avec mes coéquipiers, je suis motivé pour relever ce défi et mettre en évidence les inégalités qui existent à tous les niveaux du sport que j’ai vite aimé.

Le cyclisme féminin a parcouru un long chemin, mais il est loin derrière les sports comme le tennis et le football en termes de parité en matière de couverture télévisuelle et médiatique, de parrainage et de prix en argent pour n'en nommer que quelques-uns. Je le ressens au niveau des courses de base et cela se voit sur les routes que je conduis à Surrey et dans les sports où les femmes sont toujours minoritaires.

>>> «Je voulais être émerveillé et impressionné par Paris-Roubaix et son histoire – mais je me suis surtout senti exclu»

Je ne me fais pas d’illusion sur le fait qu’il est extrêmement difficile d’organiser une énorme course par étapes de plusieurs jours, mais ce n’est pas impossible.

Le Giro Rosa et le Women’s Tour of Britain ne sont que deux exemples, mais ils n’ont même pas la même couverture médiatique que l’équivalent de la course masculine. En dehors du cyclisme, la plupart des gens ignorent que ces courses existent même.

Le Tour est en revanche le joyau de la couronne cycliste. Cela transcende le cyclisme. Les gens du monde entier ont entendu parler du Tour. La plupart supposent qu’il existe également une course féminine, mais ils ne la montrent pas à la télévision et sont choqués de savoir qu’il n’ya pas d’équivalent féminin.

>>> Il reste encore beaucoup à faire pour parvenir à l’égalité: les femmes interrogées dans le sport déclarent que «les femmes sont inférieures dans le sport»

Il est temps que le peloton féminin professionnel se lance dans une course de stature comparable pour permettre à ce sport de se développer et de s’épanouir et d’inspirer les futures générations de jeunes filles à se lancer dans le cyclisme.

Si vous n’avez jamais vu ou doutiez pourquoi quelqu'un voudrait regarder le cyclisme féminin, je vous mets au défi de regarder les courses professionnelles féminines et de ne pas être excitées par elles. Ces femmes font la course à l'arme à feu et elles courent très fort!

L’année dernière, La Course a fourni l’un des résultats les plus excitants de la saison. Annemiek van Vleuten a devancé Anna van der Breggen juste avant la ligne d'arrivée, après une course acharnée. Et quand il y a une couverture des courses féminines, les chiffres d'audience sont là, et ils grandissent.

Je pourrais en parler jusqu’à ce que les vaches rentrent à la maison, mais j’en resterai là pour le moment!

Comment un cycliste amateur s'entraîne-t-il pour un tel événement?

C’est essentiellement une forte augmentation des miles d’entraînement et des journées consécutives de conduite. L’année dernière, j’avais seulement parcouru environ 9 000 km, et j’avais presque 7 000 km pour cette année avant de partir pour la Belgique.

Je suis très chanceux que mon travail me laisse prendre un congé sabbatique de trois mois pour me permettre de me concentrer sur la formation et la course elle-même. Je profite au maximum de mon entraînement et m’entraîne durement – de nombreuses longues randonnées associées à des entraînements par intervalles – et participe à des audax et des événements comme le Tour of Wessex.

Quelques voyages à l'étranger aussi, Majorque, Gérone, Corse, pour avoir beaucoup de variété et un peu plus d'escalade que votre parcours moyen dans les collines du Surrey. J’ai eu la chance d’avoir beaucoup d’amis avec qui rouler pour rester amusant et social, donc ça n’a pas l’air de plaire!

Vous entendrez un peu plus de moi alors que nous entreprenons cette grande aventure. Mais pour l’instant, il est temps de faire taire les premières étapes à Bruxelles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *