Hassan Diab demande la publication du rapport sur l'extradition qui l'envoyait dans une prison française

Hassan Diab demande la publication du rapport sur l'extradition qui l'envoyait dans une prison française

Hassan Diab et ses partisans appellent à la publication immédiate des conclusions d'une enquête externe sur son extradition vers la France, au sujet d'allégations d'implication dans un attentat à la bombe commis en 1980 à l'extérieur d'une synagogue de Paris.

Le ministre de la Justice, David Lametti, a reçu le rapport il y a près de deux mois – mais les conclusions ne sont toujours pas partagées avec Diab ou qui que ce soit en dehors du gouvernement.

"Je suis terriblement déçu du manque de transparence et des longs retards dans la publication du rapport de la revue externe", a déclaré M. Diab à CBC News. "Je m'attendais à mieux que cela de la part du ministre Lametti et du gouvernement libéral."

Diab, un conférencier d'université d'Ottawa âgé de 65 ans, a été accusé par les autorités françaises d'être impliqué dans un attentat terroriste commis en 1980, qui a tué quatre personnes et en avait blessé plus de 40.

Il a toujours maintenu son innocence. Il a été libéré en janvier 2018 après que deux juges français eurent estimé que les preuves retenues contre lui n'étaient pas suffisamment solides pour pouvoir être jugées. Il n'a jamais été formellement inculpé.

Diab a été arrêté par la GRC en novembre 2008 et soumis à des conditions strictes de mise en liberté sous caution jusqu'à son extradition vers la France en 2014. Diab a passé plus de trois ans en prison en France avant que l'affaire ne se soit effondrée.

Le gouvernement promet la libération "sous peu"

Alors qu'elle était ministre de la justice, Jody Wilson-Raybould a chargé l'ex-procureur général adjoint de l'Ontario, Murray Segal, de procéder à un examen externe de l'extradition de Diab.

Un porte-parole du ministère de la Justice a déclaré que le rapport Segal sera rendu public, mais qu'il est encore en phase finale de traduction et de révision.

"Notre gouvernement s'est engagé à assurer la transparence dans ce dossier. Nous prenons le temps de réviser et de traduire le rapport, et un calendrier est en cours de préparation pour sa publication. Nous devrions en dire plus à ce sujet prochainement", a déclaré Rachel Rappaport dans un courriel .

Diab a boycotté l'avis de Segal. Il a fait valoir que cela ne répondait pas à sa demande d'une enquête publique dirigée par un juge avec un pouvoir d'assignation complet, ce qui aurait permis à l'avocat de Diab, Donald Bayne, de contre-interroger des témoins.

Mauvais timing

Rien dans les conclusions du rapport n'a été rendu public. Segal n'en a pas parlé publiquement et a toujours adressé les demandes des médias au ministère de la Justice.

Mais son rapport a atterri sur le bureau de Lametti au beau milieu d'un affrontement diplomatique avec la Chine sur l'extradition imminente de l'exécutif de Huawei, Meng Wanzhou, aux États-Unis. La Chine a arrêté deux Canadiens – Michael Spavor et Michael Kovrig – en représailles apparentes de l'arrestation de Meng. Pékin a demandé sa libération, condition préalable à l'amélioration des relations entre les deux pays.

Meng Wanzhou quitte son domicile à Vancouver, en Colombie-Britannique, le mercredi 8 mai 2019. (Ben Nelms / CBC)

La publication d'un rapport critiquant les processus d'extradition au Canada pourrait compliquer la situation dans l'affaire Meng, bien que le ministère de la Justice nie que les deux soient liés. Amnesty International a déclaré qu'il serait "tout à fait inacceptable" que l'affaire Meng ait une incidence sur la publication du rapport Segal.

Amnesty International soutient Diab depuis son arrestation il y a plus de dix ans. Il et des groupes comme le B.C. La Civil Liberties Association a demandé une enquête publique sur le cas de Diab et la publication immédiate du rapport Segal.

«Il est inadmissible de laisser Hassan Diab et sa famille attendre un jour de plus avant de voir ce que Murray Segal a découvert», a déclaré Alex Neve, secrétaire général d'Amnesty International Canada. "Sans le rapport, il est impossible de comprendre s'il y a des responsables qui devraient être tenus pour responsables et s'il est maintenant urgent de mener une enquête publique."

La pression pour libérer augmente

Les partisans de Diab dans les rangs des travailleurs organisés ont également fait pression sur le gouvernement pour qu'il publie le rapport Segal. La direction nationale du Syndicat canadien de la fonction publique a écrit à Lametti le mois dernier pour lui demander de publier le rapport sans rédaction et de lancer une enquête publique "sur l'extradition injustifiée de M. Diab".

Le groupe de soutien Justice pour Hassan Diab a exhorté les partisans de la base d'appeler le bureau de Lametti tous les jeudis et vendredis jusqu'à ce que le rapport soit publié.

M. Diab lui-même a appelé le Premier ministre Justin Trudeau à "mettre fin à ce trainage qui prolonge mes souffrances et à celles de ma famille, et à ouvrir une enquête publique et indépendante".

Diab attend toujours que la cour d'appel française se prononce sur le maintien de la décision du tribunal qui l'a libéré de prison.

Ce tribunal était censé tenir une audience en octobre de l'année dernière, mais aucune audience n'a eu lieu.

Si la France remporte l'appel, elle pourrait chercher à extrader Diab une seconde fois ou à le juger par contumace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *