Gouvernement français: pas de précipitation pour la fusion Renault-Fiat Chrysler | Actualité économique

Gouvernement français: pas de précipitation pour la fusion Renault-Fiat Chrysler | Actualité économique

Cette photo prise le jeudi 24 janvier 2019 montre un parking Ranult devant le siège du constructeur français à Boulogne-Billancourt, en périphérie de Paris, en France. Le constructeur français Renault devrait donner son accord à l’offre de fusion de Fiat Chrysler. Le conseil d'administration de la société se réunit mardi après-midi à son siège pour décider d'un accord susceptible de remodeler l'industrie automobile mondiale. (AP Photo / Christophe Ena) The Associated Press

PARIS (AP) – France's Les ministres des Finances ont déclaré que Renault et Fiat Chrysler ne devraient pas se précipiter dans une fusion.

Bruno Le Maire a déclaré mercredi à la télévision BFM que le gouvernement maintenait la pression sur les deux constructeurs pour qu'ils acceptent les conditions du gouvernement français pour le rapprochement proposé. L'Etat français est le premier actionnaire de Renault avec 15%.

Le Maire a déclaré que le gouvernement souhaitait un siège au conseil d'administration de la société fusionnée et un siège conjoint en France. "Prenons le temps de bien faire les choses", a-t-il déclaré. "Nous voulons cette fusion, mais nous ne le voulons pas dans n'importe quelles conditions."

Le conseil d'administration de Renault se réunit mercredi soir pour discuter de l'offre de fusion de Fiat Chrysler. Cela créerait le numéro trois mondial de l'automobile et redéfinirait le secteur alors que les constructeurs automobiles étaient en compétition pour fabriquer des véhicules électriques et autonomes destinés aux masses.

Copyright 2019 La Presse Associée. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *