Geraint Thomas se dépouille et prépare la défense du Tour de France | sport

Te vidéo de Geraint Thomas assis tristement sur la route, le visage éclaboussé de sang et son esprit apparemment hébété après un accident survenu au Tour de Suisse, paraissait effrayante. Alors que le Gallois âgé de 33 ans se prépare à commencer à défendre son maillot jaune, il insiste sur le fait que ces images sont trompeuses – et qu’il peut défier les sceptiques en rebondissant pour conserver son titre.

Thomas, qui sera le co-responsable de la Team Ineos aux côtés d’Egan Bernal lorsque le Tour de France débutera à Bruxelles samedi, a admis que la chute l’avait empêché de rouler pendant trois jours. Mais il dit qu'il est resté assis par terre par la suite par frustration plutôt que par quelque chose de plus grave.

«Quand j’ai vu du sang couler de mon visage, j’ai compris que le médecin n’allait pas me laisser continuer, alors je suis resté assis par terre», explique-t-il. «Mais c’était plus que de la colère et de la déception, vraiment. Le fait de rester assis n’a jamais l’air génial, car si un gars ne se lève pas tout de suite, cela signifie normalement que quelque chose de grave s’est passé, mais j’allais bien. "

Il a ajouté: «C'était décevant de devoir me retirer mais c'était le bon choix. Je me suis cogné la tête assez fort et on m'a coupé au-dessus des yeux. Cependant, il n’ya pas eu de véritables symptômes de commotion cérébrale dans les deux jours qui ont suivi. J’ai donc pu reprendre l’entraînement le vendredi après la chute et j’ai eu de bonnes descentes depuis. »

Geraint Thomas après sa chute en Suisse lors du Tour de Suisse.



Geraint Thomas après sa chute en Suisse lors du Tour de Suisse. Photo: Tour de Suisse / Sam Buchli / EPA

Ineos sera privé de Chris Froome après que le quadruple vainqueur du Tour se soit fracturé le fémur lors d’une séance d’entraînement au Critérium du Dauphiné. Cela a laissé Thomas et son coéquipier colombien Bernal parmi les favoris des bookmakers. Le Suisse Jakob Fuglsang, âgé de 34 ans, qui pilote pour Astana, et le Britannique Adam Yates, de Mitchelton – Scott, sont considérés comme les prochains candidats les plus probables pour le podium.

Tom Dumoulin, finaliste de l’an dernier, blessé également, n’est pas le meilleur joueur sur le papier cette année. Néanmoins, nombreux sont ceux qui croient que le maillot jaune repose mal sur les épaules de Thomas, en particulier après son dernier accident. Mais le Gallois dit qu'il reste confiant. «L’accident n’était pas idéal, principalement parce que je voulais savoir où j’étais et être plus sûr de ce que faisaient les autres que moi», dit-il. «Mais d’un point de vue purement physique, je ne pense pas que le crash soit un problème majeur. J'aurais aimé faire toute la course pour avoir un très bon test.

«Tout ce que je peux faire maintenant, c'est m'inquiéter pour moi-même à l'entraînement et casser avec ça. Mais lors des étapes du Tour de Suisse, je me sentais bien et je me sentais mieux au fur et à mesure. Mais nous découvrirons bientôt sous quelle forme je suis. "

Être co-responsable avec Bernal créera une dynamique intéressante, mais Thomas a minimisé les craintes qu'il puisse y avoir une tension similaire à celle de l'année dernière entre Froome et lui. "En discutant avec l'équipe, nous pensons qu'il est logique de se lancer dans la course avec des co-leaders car cela nous donne plus d'options", a-t-il déclaré. "Egan et moi allons travailler dur pour l'autre et pour l'équipe pendant les trois semaines de la course."

Thomas nie également que sa confiance ait pris un coup de son dernier accident. «C’est juste quelque chose qui arrive, vraiment», dit-il. "On s'entend bien et on n'y pense pas beaucoup, sinon on finit par prendre un peu de vitesse, de reculer et de ne pas pouvoir courir comme d'habitude."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *