Geraint Thomas "entre dans le rythme" du Tour de France 2019

Geraint Thomas "entre dans le rythme" du Tour de France 2019

La stratégie d’Ineos pour les jours plats comme la quatrième étape à Nancy est simple et bien testée – essayez de rester en sécurité, rassemblez-vous devant le peloton quand il le menace, puis laissez les sprinteurs abandonner pour le butin une fois dans les trois derniers kilomètres.

Presque la seule fois où les maillots bordeaux d’Ineos ont été très apparents à la fin du peloton, c’est dans la dernière demi-douzaine de kilomètres, lorsque Michał Kwiatkowski a percuté la meilleure des deux kilomètres avec une ligne de coéquipiers sur sa roue. Une fois que le Polonais s'est écarté, Geraint Thomas et Egan Bernal sont restés à l'abri des ennuis, une autre étape est franchie, une journée plus proche du premier test de montagne important organisé jeudi à La Planche des Belles Filles.

>>> Cinq points de discussion de la quatrième étape du Tour de France 2019

«C’était une belle journée jusqu’à 50 km, puis c’est devenu fou. C’était un peu maniaque et stressant, alors je suis heureux d’avoir une journée bien remplie », a déclaré Thomas. "Je sens que je suis dans le rythme maintenant, que je suis prêt [for the mountains] et je suis impatient d'y être. "

Comme ses rivaux, le champion en titre souligne régulièrement qu'il prend chaque jour à la fois et tentera de négocier ce qui pourrait être une difficile étape qui longe la lisière du massif des Vosges avant l'arrivée à Colmar. Après que les préparatifs de sa tournée aient été compliqués par la chute qui l'a mis hors du Tour de Suisse, il a l'air de plus en plus confiant.

"Je pense que le fait que la majorité des grands jours se passe sur la scène 13 et au-delà, à l'exception de La Planche des Belles Filles, me convient bien compte tenu du manque de course que j'ai eu", a-t-il déclaré. "Cette étape sera un bon test, mais jusqu'ici, tout va bien."



Alors que le directeur d’Ineos, Dave Brailsford, reconnaît qu’il est encore trop tôt pour juger de la façon dont ses deux dirigeants se mesureront à leurs rivaux, il est également satisfait de ce qu’il a vu jusqu’à présent.

«Nous n’avons que peu aperçu de la façon dont les coureurs dans la bataille du GC pourraient s’en tirer. Nous n’avons pas encore vu une montée assez longue pour voir une action significative », at-il déclaré à l’arrivée à Nancy.

«Mais le contre-la-montre par équipe était intéressant. Geraint a très bien roulé dans ce contre-la-montre et Egan n’a eu aucun problème. En fait, je pense qu’il était meilleur dans le contre-la-montre par équipe que son dernier pilote. »

Brailsford a également minimisé le manque de compétition de Thomas lors de grandes ascensions ces dernières semaines. «Il manque peut-être de courses en montagne, mais il s’est beaucoup entraîné en montagne. Si vous regardez le Giro, par exemple, je pense que cela a duré environ 90 heures et que nos gars ont consacré 118 heures à la formation. Ils n'étaient pas assis sur leurs culs », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *