France: un imam emprisonné à la frontière avec les migrants

France: un imam emprisonné à la frontière avec les migrants

Copyright de l'image
AFP

Légende

Il y a eu récemment une augmentation du nombre de migrants qui tentent de rejoindre la Grande-Bretagne depuis la Manche

Un tribunal français a condamné un imam à deux ans de prison pour avoir aidé des migrants à traverser la Manche en bateau pneumatique.

Le ressortissant iranien âgé de 39 ans a été accusé d’avoir organisé plusieurs traversées du nord de la France vers l’Angleterre.

Un Sénégalais de 29 ans qui s'est rendu à la mosquée où prêche l'imam a également été jugé.

Il a été condamné à neuf mois de prison et à trois ans d'interdiction de se rendre dans le Nord et le Pas-de-Calais.

L’imam, qui n’a pas été nommé dans les médias français, s’est évanoui en entendant sa peine.

Les hommes ont admis avoir fourni six ou sept dériveurs après leur arrestation en avril, a rapporté le journal français Le Figaro.

L'enquête a débuté fin mars lorsque des gilets de sauvetage, des pulls mouillés et un canot en caoutchouc ont été découverts sur une plage du nord de la France.

Selon l'accusation, l'imam était en contact avec des bandes organisées de trafiquants et a perçu une commission sur la vente de chaque bateau.

La police a trouvé deux bateaux, trois moteurs hors-bord et des gilets de sauvetage dans la maison de l'imam. Les deux hommes ont avoué avoir acheté sept bateaux entre décembre 2018 et avril 2019.

L'imam a affirmé s'être rendu dans un magasin à Deulemont, à la frontière belge, pour acheter des dériveurs pour une personne qu'il a identifiée uniquement comme étant Kamal.

La lecture multimédia n'est pas prise en charge sur votre appareil

Légende du médiaDes milliers de migrants perdent toujours la vie en essayant d'atteindre l'Europe par bateau.

Les deux accusés ont affirmé ne s'être rendus compte que plus tard que les bateaux étaient utilisés pour des traversées illégales de la Manche.

"Quand j'ai appris cela, j'ai pensé aux enfants à bord et je me suis dit qu'il pourrait y avoir des morts", a déclaré l'homme sénégalais au tribunal. L'imam a déclaré qu'il avait "honte".

Les procureurs ont déclaré que leurs explications "ne reflétaient pas la réalité" et que le ressortissant iranien se trouvait souvent dans les zones où les bateaux avaient été découverts.

Le nombre de migrants qui tentent de traverser la Manche en bateau a récemment augmenté, malgré le risque de courants dangereux, d'eaux froides et de collisions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *