France: Macron a averti le parti vert prêt à "conquérir le pouvoir" | Monde | Nouvelles

France: Macron a averti le parti vert prêt à "conquérir le pouvoir" | Monde | Nouvelles

Les élections au Parlement européen tenues le mois dernier ont profondément bouleversé le bloc, les partis traditionnels de gauche et de droite étant mis à l'écart par des mouvements d'extrême droite et des verts. "Notre mouvement aujourd'hui veut conquérir le pouvoir pour pouvoir exercer ce pouvoir", a déclaré le député européen nouvellement élu à la radio France Inter la semaine dernière. «Il y a dix ans, le pays était dans une situation différente, il y avait toujours un certain degré de naïveté, d'insouciance», a-t-il déclaré à propos de la sensibilisation accrue aux effets dévastateurs du changement climatique.

"Nous voulons construire le mouvement politique du futur", a ajouté le responsable du mouvement Europe Ecologie Les Verts (EELV).

«Nous espérons offrir à la France une grande alternative, une expérience exaltante [political] M. Jadot a poursuivi en expliquant que le président Emmanuel Macron était en partie responsable de la défaite de son parti face au vote du Rassemblement national (RN) d’extrême droite de Marine Le Pen lors du vote de l’UE.

«Il a essayé de tourner [the French election] référendum anti-Le Pen, mais il a finalement abouti à un référendum anti-Macron », a-t-il déclaré, citant les efforts du jeune centriste pour présenter le vote comme une bataille entre progressistes et populistes.

La RN de Mme Le Pen a recueilli 23,3% des suffrages français, un peu moins d’un point de pourcentage devant La République en Marche (REM) de M. Macron avec 22,4%.

Les résultats ont été un coup gênant à la maison pour M. Macron, qui a cherché à se faire passer pour le porte-parole des progressistes pro-UE.

L’EELV a battu les principaux partis de centre-gauche et de centre-droite, qui ont eu du mal à se remettre de la transformation du paysage politique de M. Macron lors du vote présidentiel de 2017.

Mais les résultats français ont également reflété les gains importants réalisés par les écologistes à travers l’Europe. M. Jadot a salué une "vague verte" qui aurait balayé le bloc.

"Nous assistons à une vague européenne verte ce soir à laquelle nous faisons partie", a déclaré M. Jadot à ses partisans après l'annonce des résultats de l'UE. "Les Français nous ont envoyé un message clair: ils veulent que l'écologie soit au cœur de nos vies."

Le Premier ministre français Edouard Philippe a pour sa part salué le "message sur l’urgence écologique".

"Partout en Europe, nos citoyens et en particulier les plus jeunes nous demandent d'agir avec détermination et c'est ce que nous allons faire en France et en Europe", a-t-il déclaré.

En Allemagne, les Verts ont presque doublé leur score de 2014, se classant à la deuxième place avec 20,5% des voix.

En Grande-Bretagne, ils étaient sur 12,4%, presque le double de leur précédent score, et battaient les conservateurs au pouvoir à la cinquième place.

Les élections européennes ont coïncidé avec une série de manifestations populaires en Europe appelant à une action urgente contre le changement climatique et exhortant les gouvernements à réduire leurs émissions de carbone.

Une voix plus forte pour les libéraux et les verts pourrait voir le prochain exécutif européen chercher une voie plus sévère en matière de réglementation des industries polluantes, taxer les entreprises multinationales ou les partenaires commerciaux exigeants afin de contenir le changement climatique.

Mais alors que les europhiles et les verts occupaient les deux tiers des sièges à l'Assemblée de l'UE, les opposants d'extrême droite et les opposants nationalistes réalisaient de solides gains.

Un nouveau groupe d'extrême droite, qui comprend la RN de Mme Le Pen et des députés du parti de la Ligue du vice-Premier ministre italien Matteo Salvini, devrait détenir environ 10% des sièges dans la nouvelle chambre de l'Union européenne, contre 5% auparavant.

Le bloc nationaliste «Identité et démocratie» comptera 73 membres de neuf pays lors du début du mandat de l’Assemblée, qui compte 751 sièges, début juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.