France. Le juge déclare l'assassin d'une femme juive non responsable pénalement

Sarah Halimi

Un homme musulman qui a tué son voisin juif à Paris en criant à propos d'Allah n'est probablement pas criminellement responsable de ses actes, car il avait déjà fumé de la marijuana, a statué un juge français.

La décision préliminaire dans le procès de Kobili Traoré pour l'assassinat de Sarah Halimi en 2017 a été rendue vendredi par un juge d'instruction – un magistrat qui a pour mission, dans le système judiciaire français, de décider si les accusés inculpés doivent être jugés, JTA a rapporté lundi.

Halimi a été assassinée en 2017 après avoir été attaquée par son voisin musulman alors qu'elle dormait dans son appartement. Il l'a poignardée, a crié "Allahu Akbar", puis l'a jetée du troisième étage à sa mort.

Traoré a avoué le meurtre mais une évaluation psychiatrique ultérieure a déterminé qu'il n'était pas responsable de ses actes.

Francis Khalifat, président du groupe de coordination du CRIF regroupant les communautés juives françaises, a qualifié la dernière décision de "peu surprenante mais difficilement justifiable". Il a déclaré que son groupe et d'autres vont faire appel dans l'espoir de traduire Traoré en justice.

Il pourrait être hospitalisé pour le traitement de ses défaillances psychotiques ou obligé de participer à un programme de réhabilitation pour toxicomanes ou être libéré.

L’opinion de Khalifat publiée lundi sur le site Web du CRIF fait suite à une série de manifestations contre les retards présumés dans le procès de Traoré et aux efforts, y compris de la part de juges, que le CRIF et d’autres ont condamnés pour avoir tenté d’empêcher un procès pour meurtre.

Un acte aggravé de crime de haine a été ajouté à l’acte d’accusation de Traoré à la suite de protestations vocales du CRIF, selon lequel l’omission de telles accusations pourrait faire partie d’un «camouflage» par les autorités françaises.

Selon des témoins, Traoré a qualifié Halimi de «démon» alors qu'il la rouait de coups. La fille de Halimi a déclaré à la suite du meurtre que Traoré l’avait appelée, sa fille, une «sale juive» deux ans avant le meurtre, quand ils se sont croisés dans le bâtiment.

Sammy Ghozlan, ancien commissaire de police et fondateur du Bureau français de Vigilance contre l’antisémitisme, a déclaré JTA en mai, le traitement de l'affaire Halimi lui a fait «ne plus avoir pleinement confiance dans le fait que les crimes de haine antisémites en France sont traités correctement».

Les attaques antisémites sont en augmentation en France. Le nombre d'infractions anti-juives rapportées à la police a augmenté de 74% l'an dernier.

À la fin du mois de mai, un chauffeur de taxi franco-juif a été agressé et battu pour un crime antisémite, selon lui, commis par des auteurs qui l'ont pris pour cible en raison de son nom à consonance juive.

En mars dernier, Mireille Knoll, une survivante de l'Holocauste âgée de 85 ans, a été assassinée et incendiée dans son appartement à Paris. Le voisin musulman de Knoll, Yacine Mihoub, et un complice, ont avoué avoir poignardé Knoll à mort. Les autorités ont décrit le meurtre comme un crime de haine antisémite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *