Fox France, ex-membre de la bande, Elizabeth Le Fey, de Foxygen, négocient en justice et en ligne des plaintes pour violence domestique.

Remarque: cet article contient des références à la violence domestique et aux voies de fait que certains lecteurs peuvent trouver troublants.

Depuis six ans, Sam France, de Foxygen, et son ex-petite amie Elizabeth Le Fey, un ancien membre du groupe en tournée qui compose également de la musique sous le nom de Globelamp, sont en désaccord. La relation tumultueuse entre la France et le Fey a été documentée par les deux parties dans les salles d'audience, dans la presse et sur les médias sociaux, les uns accusant les autres d'abus. Pitchfork a obtenu les dossiers judiciaires publics dans chaque affaire, qui décrivent les allégations concurrentes de violence physique, de menaces et de harcèlement. Les accusations vont de prétendus coups de poing au visage à des accusations de cyberharcèlement et à un «complot d'assassinat».

Récemment, le conflit a repris dans les tribunaux de comté de Los Angeles. En 2014, la France a obtenu une ordonnance restrictive de prévention de la violence domestique contre le Fey. Il a été renouvelé en mars. Le Fey cherche actuellement la même chose contre la France et a récemment obtenu une ordonnance d'interdiction temporaire entre-temps.

Pitchfork a pris contact avec des représentants pour la France, qui n'ont pas commenté l'affaire à ce moment-là.

La relation entre les deux musiciens a débuté en 2012 après l’apparition de Le Fey dans la vidéo de «San Francisco», chanson de l’album phare de Foxygen en 2013. Nous sommes les ambassadeurs de la paix et de la magie du 21ème siècle. Elle a rejoint la formation en tournée du groupe peu de temps après en tant que chanteuse et multi-instrumentiste. Elle est partie en tournée avec eux en 2012 et au début de 2013. Pendant un temps en 2013, le Fey et la France ont vécu ensemble à Olympia, Washington. En juillet 2013, le Fey écrivait un post sur Tumblr détaillant le drame présumé au sein du groupe, provoquant une réaction en ligne complète avec des comparaisons dénigrantes avec Yoko Ono. Fin octobre 2013, France et le Fey s'étaient séparés, et tous deux sont retournés vivre chez leurs parents en Californie du Sud.

Le 2 janvier 2014, Sam France a déposé une requête en référé contre le Fey au Van Nuys Courthouse East à Los Angeles. Le Fey n'a pas retenu les services d'un avocat et s'est représentée elle-même. La France a obtenu une ordonnance restrictive qui interdisait au Fey de s’approcher de lui et de quatre membres de sa famille pendant cinq ans. Selon des documents judiciaires, le tribunal a rejeté la demande de la France visant à ce que le Fey n’affiche «aucune référence» à lui sur Internet, invoquant la liberté d’expression.

Le Fey, dans des interviews publiées et sur les médias sociaux, a longtemps nié les allégations selon lesquelles elle aurait fait quelque chose qui mérite une ordonnance restrictive, affirmant à plusieurs reprises que la France était la personne violente dans leur relation. «L'ordonnance de blocage émise il y a cinq ans n'aurait jamais dû être émise», a déclaré l'avocat de Fey, Dan Kapelovitz, à Pitchfork dans un communiqué envoyé le 8 mai par courrier électronique. «Nous pensons que M. France a demandé cette ordonnance d'interdiction de communiquer de peur de subir un préjudice physique, mais il souhaite plutôt empêcher M me Gomez de parler de leur relation et de son agression physique contre elle. »(Le nom légal de Le Fey est Elizabeth Gomez.)

Dans sa demande d'ordonnance restrictive, France a allégué qu'un incident de violence physique avait eu lieu le 16 octobre 2013, alors que le Fey habitait ensemble à son domicile à Olympia. «Nos combats en étaient à un point où je craignais pour ma vie», ont déclaré des documents judiciaires déposés par la France. «Elle est entrée chez moi alors que je dormais, m'a sauté sur la tête, m'a étranglée et m'a donné un coup de poing. Elle m'a jeté une de mes cannes, ma tête me manque. »(Il se remettait d'une jambe cassée à l'époque.)

La France a également affirmé que le Fey s'était rendu deux fois sans autorisation au domicile de ses parents à Los Angeles et avait ouvert la porte. Dans sa déclaration écrite, il affirme qu’une fois, elle lui a dit au téléphone: «Je vais lancer un putain de roche à travers [sic] cette fenêtre », et« Si ta mère me bloque, je vais la baiser putain.

La France a également allégué de multiples cas de «menaces et de harcèlement en ligne», notamment en fouillant dans ses comptes de messagerie, en menaçant de publier une vidéo de lui nu et en menaçant de partager des informations confidentielles. "Parce que je suis une personnalité publique dans un groupe populaire, elle utilise cette information pour [sic] m’humilier et nuire à ma carrière », a-t-il écrit dans sa demande de mesure restrictive. Il a également accusé le Fey d'avoir calomnié ses compagnons de groupe avec l'article de juillet 2013 de Tumblr.

Dans un message envoyé le 22 décembre 2013 sur Facebook, le Fey aurait écrit: "J'espère ne jamais avoir rencontré aucun de vous et je regrette d'avoir répondu à votre courrier électronique et d'être dans votre vidéo musicale yuppie", selon des documents judiciaires déposés par la France. “Attendez et voyez [sic] comment tout cela se déroule ha ha hahahahah.

Foxygen (avec le Fey) présente un spectacle à emporter en 2013

Le 12 décembre 2018, à l'approche de l'échéance de cinq ans fixée pour l'ordonnance d'interdiction, la France a déposé une requête au Van Nuys Courthouse East pour le renouveler. Il a affirmé que le Fey avait continué de "l'agresser verbalement" et de "le menacer de subir un préjudice physique" en ligne, selon des documents judiciaires. Lors d'une audience le 19 mars 2019, un juge a accédé à sa demande et l'ordonnance de ne pas faire a été renouvelée pour cinq ans.

Neuf jours plus tard, le 28 mars, le Fey a déposé sa propre ordonnance restrictive de cinq ans en matière de prévention de la violence domestique contre la France au palais de justice Stanley Mosk, à Los Angeles. Le Fey a affirmé qu'à l'été 2013, alors qu'ils vivaient ensemble à Olympie, la France «m'a frappé au visage» et que «le sang a jailli de ma bouche», ont lu des documents judiciaires déposés par le Fey.

Le Fey a affirmé qu'une transcription de l'audience de janvier 2014 montrait que la France "admettait avoir été frappée", selon les documents du tribunal. Dans cette transcription, obtenue par Pitchfork, un juge demande à la France s’il «a déjà attaqué [le Fey] physiquement. ”La France a déclaré:“ Une fois. ”Il a évoqué un incident survenu vers juillet 2013, alors qu'ils vivaient ensemble à Olympie. «Je dormais», lit-on dans le témoignage. «Nous étions tous les deux au lit. Elle m'a réveillé en me prenant dans la figure et en disant quelque chose à propos de mon mauvais petit ami ou quelque chose au sujet de son ex-petit ami ou quelque chose dans ce genre. "Vous avez un geste de la main qui vous échappe?" "Bien", répondit France. "Et elle était juste à côté de moi parce que nous étions tous les deux couchés et que nous étions effrayés, je lui ai accidentellement frappé la lèvre et c’est tout ce qui s’est passé." Il a nié l’avoir frappée, battue ou menacée de violence physique.

Le Fey a également raconté un incident présumé survenu en octobre 2013. «La mère de Samuel est venue lui rendre visite. Il ne m’a pas invité et je me suis senti blessé », lit-on dans la demande d’ordonnance restrictive déposée par Le Fey. «Je lui ai dit que sa mère était impolie et ne tenait qu'à ce que son groupe gagne de l'argent. Il a craqué, m'a sauté sur le lit et m'a coincé. Il a mis ses bras autour de mon cou et a menacé de me tuer… Il a dit que si je ne le fermais pas, il me poignarderait avec un couteau. Je viens de sortir de la maison.

Le Fey a affirmé dans des documents judiciaires que la France "avait fait usage d'intimidation pour m'empêcher de parler de ses agressions". qu'elle soit «attaquée sans arrêt» sur Internet et «même reçoive des menaces de mort», selon sa demande d'ordonnance restrictive. «Je n'ai AUCUN intérêt à le revoir jamais», lit-on dans les documents judiciaires. "J'ai toujours peur de lui."

La dernière affirmation de Le Fey était que le 10 juin 2018, France "utilisait son groupe officiel Twitter pour tweeter vers ses milliers de fans qui [le Fey] l'a agressé physiquement tous les jours, l'a violé, & [has] un complot d'assassinat contre lui », selon les documents du tribunal, qui comprenait une capture d'écran de ce tweet. (Il a depuis été supprimé.) Elle a nié les accusations.

Le tribunal a accordé au Fey une ordonnance d'interdiction temporaire à l'encontre de la France jusqu'à ce que l'affaire soit résolue. La prochaine audience est prévue pour le 6 juin.

Si vous ou une de vos connaissances avez été victime de violence domestique et avez besoin de parler, nous vous recommandons cette ressource:

Hotline nationale contre la violence domestique
https://thehotline.org
1-800-799-SAFE (7233)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *