Facebook accepte de nommer des suspects de discours de haine en France

Facebook a accepté d'identifier en France des personnes soupçonnées d'utiliser le discours de haine sur sa plateforme.

C’est la première fois que le géant des médias sociaux remettra aux autorités des informations permettant d’identifier ses utilisateurs dans des affaires qui ne sont pas liées au terrorisme ou à des actes de violence.

"C’est une grande nouvelle", a déclaré Cédric O, ministre français du numérique. «Cela signifie que le processus judiciaire pourra fonctionner normalement. C’est vraiment très important, ils ne le font que pour la France. "

Un porte-parole de Facebook a déclaré L'indépendant que le cabinet examinera les demandes d'informations de base émanant des autorités françaises dans les affaires de discours de haine criminelles.

"Cependant, comme nous le faisons pour toutes les ordonnances des tribunaux, même aux États-Unis, nous examinerons chaque ordre que nous recevons et le repousserons s'il est trop large, incompatible avec les droits humains ou juridiquement défectueux", a déclaré le porte-parole.

Cet accord fait suite à des rencontres plus tôt ce mois-ci entre le président français Emmanuel Macron et le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg.

Nick Clegg, responsable des affaires internationales de la société, a également rencontré des ministres français pour discuter de discours de haine et de faux comptes sur le réseau social.

Facebook utilise actuellement l'intelligence artificielle pour identifier les discours de haine et les faux comptes.

La société définit le discours de haine comme une attaque directe contre des personnes sur la base de ce qu'il appelle des "caractéristiques protégées".

Soutenez le journalisme libre-pensée et abonnez-vous à Independent Minds

Ceux-ci incluent la race, l'origine ethnique, l'origine nationale, l'appartenance religieuse, l'orientation sexuelle et le genre.

"Nous définissons le terme" attaque "comme un discours violent ou déshumanisant, des déclarations d'infériorité ou des appels à l'exclusion ou à la ségrégation", selon les normes communautaires de Facebook.

Les adresses IP de quiconque se livrant à un discours de haine seront désormais partagées avec les tribunaux français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *