Éthique, recherche et publication scientifique

La recherche scientifique est à la base de presque toutes les connaissances humaines. Grâce à elle, nous avons pu constater le haut niveau de développement scientifique et technologique atteint aujourd’hui. Dans le domaine de la recherche en santé, nous pouvons souligner d’innombrables réalisations, de la découverte de nouveaux vaccins et médicaments aux progrès de la biotechnologie et de la génomique.

Nous savons que les impacts des nouvelles découvertes ne sont pas toujours favorables au bien-être des êtres humains, des autres êtres vivants et de l’environnement. Des exemples vivants dans notre mémoire sont des bombes atomiques, l’utilisation abusive de pesticides ou la tentative de cloner des êtres humains, entre autres. C’est précisément pour tenter d’éviter des résultats de ce type que la réflexion éthique s’impose comme une nécessité dans les institutions liées à la science.

Les comités d’éthique, en tant qu’organes de contrôle social, réglementent la recherche impliquant des êtres humains et des animaux afin de garantir le respect et de prévenir les dommages, en plus de consacrer l’attention nécessaire aux projets qui favorisent l’intervention dans l’environnement. Science et éthique vont de pair, à la recherche de progrès croissants toujours au bénéfice de l’humanité et de la planète.

Les atrocités commises pendant la Seconde Guerre mondiale ont imposé le développement de normes éthiques pour mener des recherches avec des êtres humains. Depuis Nuremberg (1947), plusieurs codes et résolutions régissent ces pratiques dans le monde.

Il est essentiel de reconnaître l’importance de la liberté de la recherche scientifique et les avantages des progrès de la science et de la technologie; en même temps, il est nécessaire de souligner que cette recherche et les progrès qui en découlent sont conformes aux principes éthiques et respectent la dignité humaine, les droits de l’homme et les libertés fondamentales.

Une recherche éthiquement justifiée doit respecter le participant à la recherche dans sa dignité et son autonomie, en reconnaissant sa vulnérabilité, en garantissant sa volonté de contribuer et de rester ou non dans la recherche, par une expression expresse, libre et éclairée; Elle doit peser les risques et les avantages, connus ou potentiels, individuels ou collectifs, en s’engageant à maximiser les avantages et à minimiser les dommages et les risques, et à garantir que les dommages prévisibles seront évités; il doit y avoir une pertinence sociale, qui garantit une prise en compte égale des intérêts en jeu, sans perdre le sens de sa destination socio-humanitaire; et enfin, elle doit être préalablement approuvée par un comité d’éthique de la recherche.

Les comités d’éthique respectifs contrôlent et approuvent tous les projets, évaluant et donnant des avis sur les problèmes éthiques, juridiques, scientifiques et sociaux pertinents.

Autre lien : Publier la recherche scientifique à l’international

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *