EDF a mis en garde contre une grève dans ses centrales hydroélectriques – RTE, Energy News, ET EnergyWorld

EDF a mis en garde contre une grève dans ses centrales hydroélectriques - RTE, Energy News, ET EnergyWorld
Paris: EDF, un opérateur français contrôlé par l'État, a été averti d'une grève de 24 heures dans ses centrales hydroélectriques françaises à partir du 10 avril, a annoncé lundi le gestionnaire du réseau de RTE.

RTE n'a pas expliqué la raison de la grève ni si cela affecterait la production d'électricité.

Les syndicats français de la CGT ont appelé à des grèves dans les centrales hydroélectriques pour protester contre les demandes de la Commission européenne invitant la France à privatiser ses concessions hydroélectriques, qui sont pour la plupart gérées par EDF.

L'exécutif de l'Union européenne a lancé une procédure d'infraction formelle contre la France au sujet des concessions. Le 8 mars, il a envoyé une lettre officielle à la France et à sept autres États membres de l'UE pour leur demander de veiller à ce que les contrats publics dans leurs secteurs de l'hydroélectricité soient conformes à la législation de l'UE.

Les pays ont deux mois pour réagir.

L'année dernière, le gouvernement français a présenté à la Commission des propositions visant à répondre à la demande de longue date formulée par Bruxelles en faveur de la privatisation des concessions hydroélectriques.

Les grands groupes énergétiques, dont le géant français du pétrole et du gaz, Total, ont annoncé leur intention de faire une offre pour les concessions.

Les syndicats de la CGT sont opposés au projet de privatisation et ont déclaré que cela entraînerait des pertes d'emplois et mettrait en péril la sécurité de l'approvisionnement en électricité de la France.

L'hydroélectricité représente environ 19% de la capacité électrique installée de la France et environ 12,5% de sa production d'électricité en 2018, selon les données de RTE.

La CGT a déclaré lundi dans un communiqué qu'après une large consultation de diverses parties prenantes, elle avait proposé que les concessions soient reprises par trois opérateurs historiques. Ses trois sociétés préférées sont EDF, la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) et la Société Hydro-Electrique du Midi (SHEM).

CNR et SHEM sont deux entités du groupe énergétique français Engie.

La CGT a déclaré que sa proposition avait été soutenue par une centaine de législateurs français de différents partis, qui organiseront une conférence de presse mercredi pour présenter le plan. (Reportage par Bate Felix édité par David Goodman)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *