Deux autres cancers reconnus après les essais nucléaires français

Deux autres types de cancer ont été ajoutés à la liste française des maladies éligibles à une indemnisation résultant des essais d'armes nucléaires en Polynésie française.

Photo prise en 1971, montrant une explosion nucléaire dans l'atoll de Mururoa.
Photo: AFP

Dans un décret, le gouvernement français a ajouté le cancer de la vésicule biliaire et le cancer des voies biliaires aux maladies pour lesquelles les victimes d'essais nucléaires peuvent porter plainte.

Cela porte à 23 le nombre de cancers reconnus par la loi de compensation révisée introduite pour la première fois il y a une décennie.

La liste comprend les cancers de la thyroïde, du foie, de l'estomac et du rein.

Jusqu'en 2009, la France a maintenu que ses 193 tests d'armes étaient propres et n'affectaient pas la santé humaine.

La plupart des demandes d'indemnisation avaient été rejetées au cours des premières années suivant l'adoption de la loi, ce qui avait incité à réclamer un assouplissement des critères.

La loi révisée a aboli le terme «risque négligeable», mais un nouveau seuil d'exposition aux rayonnements a été introduit en décembre.

Le changement a provoqué une controverse puisque dix demandeurs à Tahiti, dont les affaires sont devant les tribunaux, ont été avisés qu’ils seraient finalement rejetés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *