Des témoins irlandais témoignent dans le procès en France d'un Britannique accusé de meurtre

Deux témoins irlandais se sont rendus en France pour témoigner contre un Britannique accusé d'avoir assassiné la femme d'un réalisateur français il y a plus de 20 ans.

Ian Bailey, 62 ans, est accusé d'avoir tué Sophie Toscan du Plantier près de Schull, dans le West Cork, deux jours avant Noël 1996.

Elle était l’épouse du célèbre directeur de la photographie, Daniel Toscan du Plantier, et l’affaire est l’un des meurtres non résolus les plus célèbres d’Irlande.

Sophie Toscan du Plantier "data-title =" Assassinat de Sophie Toscan "data-copyright-holder =" Images de la presse "data-copyright-notice =" Images de la presse "data-credit =" Dossier familial "data-usage- les termes en anglais .assets.pressassociation.io / v2 / image / production / 253933e84cced064d79914435315832bY29udGVudHNlYXJjaCwxNTU5MTU3NDQy / 2.37846353.jpg? w = 640 640W, https://image.assets.pressassociation.io/v2/image/production/253933e84cced064d79914435315832bY29udGVudHNlYXJjaCwxNTU5MTU3NDQy/2.37846353.jpg?w= 1280 1280w "tailles =" (largeur maximale: 767px) 89vw, (largeur maximale: 1000px) 54vw, (largeur maximale: 1071px) 543px, 580px "/>
 
<figcaption>Bailey nie avoir tué Sophie Toscan du Plantier (document à distribuer à la famille, PA)</figcaption></figure>
</div>
<p>Bailey, qui vivait à trois kilomètres de la victime, a été arrêté deux fois en lien avec le meurtre mais n'a jamais été inculpé, au vu d'allégations d'incompétence et de corruption parmi des officiers locaux.</p>
<p>Dans des déclarations de témoins lues au tribunal mardi, six habitants de la région affirment que Bailey leur a avoué le meurtre, mais il nie toute implication dans la mort de Mme Toscan du Plantier et aucun aveux.</p>
<p>L’affaire a pris beaucoup de rebondissements au fil des ans, notamment le fait que Bailey a eu gain de cause en diffamation contre des journaux en 2014.</p>
<p>Le seul témoin à l'avoir mis sur les lieux au moment de l'assassinat a par la suite rétracté sa déposition, affirmant que les enquêteurs l'avaient mal préparée et intimidée par elle pour qu'elle fournisse de faux témoignages.</p>
<p>Dans le but de rendre enfin justice à la famille de Mme Toscan du Plantier, les autorités françaises ont ouvert leur propre enquête en 2008.</p>
<p>Au total, 28 personnes de West Cork ont ​​été interrogées par la police française depuis 2008.</p>
<p>Après deux tentatives d’extradition infructueuses, Bailey est jugé par la Cour d’Assises de Paris, le plus haut tribunal pénal français.</p>
<p>Mais le procès d’une semaine a été paralysé par la réticence des témoins irlandais à y assister.</p>
<p>Beaucoup se sont plaints de n'avoir pas été avertis suffisamment ou de ne pas avoir assez d'argent pour financer un voyage à Paris.</p>
<p>Amanda Reed, mère de Malachi Reed, âgée de 14 ans au moment du meurtre, a fait le voyage.</p>
<div class=
Amanda Reed
Amanda Reed s'est rendue en France à titre de témoin (Tess de la Mare / PA)

Mme Reed, 60 ans, a déclaré à la cour que Malachi, qui est maintenant dans la mi-trentaine, a affirmé à l'époque que Bailey avait avoué le meurtre alors qu'il le conduisait chez lui.

Elle a déclaré que le 4 février 1997, son fils avait avoué avoir reçu un ascenseur de Bailey alors que Bailey était complètement ivre.

"Il m’a dit que quelque chose s’était passé dans la voiture et qu’il ne réalisait pas à quel point c’était grave", at-elle confié.

"M. Bailey s’était retourné vers lui dans la voiture et lui avait dit:" Je suis allé là-bas et lui ai brisé la cervelle avec une pierre "."

Elle a poursuivi: «Il était très en colère et je lui ai dit que c’était une chose très sérieuse et que nous devions parler au gardai. Ce n’était pas à nous de décider de quoi il s’agissait et nous avons juste dit aux gardes.»

Mme Reed a déclaré que, selon Malachi, le commentaire était sorti de nulle part et qu'ils ne parlaient pas de l'affaire.

Elle a ajouté qu’il ne l’avait pas dit tout de suite, car il craignait de lui en vouloir de monter dans une voiture avec Bailey alors qu’il était ivre.

Le témoin a déclaré qu'après le prétendu commentaire de Bailey, Malachi avait été si effrayé qu'il avait acheté de nouvelles serrures pour leurs portes.

M. Reed a refusé de comparaître devant le tribunal en France.

Mme Reed a déclaré que l'incident avait eu un impact considérable sur la vie de son fils, encore plus difficile en raison de son âge.

Elle a déclaré: «M. Bailey a ensuite poursuivi les journaux en justice quelques années plus tard. Malachi a comparu pour cette affaire. Les journaux l'ont mis à la une. Il a donc été très célèbre en Irlande pendant un certain temps et ce n'était pas facile. lui."

Bill Fuller, un homme qui se considérait comme un ami de Bailey, était également présent.

Bill Fuller (à droite) quitte la Cour d’Assises à Paris
Bill Fuller, à droite, quitte la Cour d’Assises à Paris (Tess de la Mare / PA)

M. Fuller affirme que Bailey lui a raconté un scénario le lendemain du meurtre en lui disant: «Tu l'as fait… tu l'as vue à Spar et elle t'a enthousiasmée alors qu'elle traversait les allées avec son cul serré.

«Tu es allée chez elle pour voir ce que tu pouvais avoir, mais elle n’était pas intéressée et l’a attaquée. Elle a essayé de s'échapper et vous avez couru après elle. Ensuite, vous avez jeté quelque chose à l'arrière de sa tête et vous êtes allés plus loin que prévu. "

M. Fuller a déclaré à la cour qu'il pensait que Bailey était en train de raconter ce qui s'était réellement passé et de remplacer l'auteur.

D’autres récits concernant les aveux présumés de Bailey ont été lus devant le tribunal, notamment celui d’Helen Callanan, rédactrice en chef du Sunday Tribune au moment du meurtre.

Elle a embauché Bailey en tant que pigiste pour couvrir le cas, mais quand elle l'a interrogé sur des rumeurs selon lesquelles il était suspect, il a répondu: «C'était moi, je l'ai fait, je l'ai tuée pour ressusciter mon [journalism] carrière."

L'affaire doit être tranchée vendredi par un juge et deux magistrats professionnels.

Bailey a qualifié le procès en France de "procès-témoin", mais s'il devait être déclaré coupable puis extradé, il serait de nouveau jugé par un jury et aurait la possibilité de se défendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *