Des supporters de Michael Jackson poursuivent les victimes présumées d'abus devant un tribunal français

Des supporters de Michael Jackson poursuivent les victimes présumées d'abus devant un tribunal français
Faisant référence à la pédophilie présumée de Jackson, l’ancienne infirmière française âgée de 62 ans a déclaré: "Je sais que ce n’est pas possible", bien qu’elle n’ait jamais rencontré la star. "C'était pourri. C'était pour faire du bruit. C'était pour gagner de l'argent."

Elle fait maintenant partie des trois groupes de fans qui poursuivent en justice devant les tribunaux français les deux victimes de l'agression présumée de Jackson, Wade Robson et James Safechuck, dans l'espoir de pouvoir contester une apparence de diffamation de leur idole, décédée en 2009.

Robson et Safechuck, âgés respectivement de 41 et 37 ans, ont affirmé dans un documentaire de quatre heures avoir subi des années d'abus sexuels de la part de Jackson alors qu'ils étaient mineurs à la fin des années 1980 et au début des années 90.

Bien que ni l'un ni l'autre ne résident en France, ils sont poursuivis dans ce pays où il est illégal de porter des accusations criminelles contre le défunt.

Les avocats américains représentant Robson et Safechuck ont ​​déclaré que les deux hommes n'avaient aucun commentaire à faire sur l'affaire. Des responsables du tribunal d'Orléans, dans le nord du pays, où l'affaire a été entendue plus tôt ce mois-ci, ont confirmé que les deux hommes n'étaient pas présents et n'étaient pas représentés par un avocat.

Robson et Safechuck sont poursuivis en justice pour un montant symbolique d'un euro (1,13 dollar) chacun, pour "atteinte à la mémoire des morts", selon le procès.

"Il ne s'agit pas d'argent, c'est une affaire de cœur", a déclaré Emmanuel Ludot, l'avocat représentant les supporters.

Walter, président de l’un des groupes, MJ Community, qui compte 600 membres, a assisté à la première audience. Se référant à Jackson, elle a déclaré: "Il avait un grand cœur. Ce n’est pas bien de faire ces réclamations contre quelqu'un qui n'est même pas en vie pour se défendre."

Myriam Walter fait partie des fans qui poursuivent en justice les deux victimes des violences présumées commises par Michael Jackson.

Les autres groupes, On The Line et MJ Street, accusent le documentaire de révisionnisme et signalent des erreurs dans la chronologie des abus fournis par Safechuck.

Brice Najar, président de On the Line et auteur de plusieurs ouvrages sur Jackson, a expliqué: "Je ne défendrais personne, quels que soient les éléments de preuve, mais il a déjà été acquitté et des enquêtes ont déjà été diligentées. J'ai 40 ans. des gamins."

Le tribunal a annoncé qu'une décision serait rendue le 4 octobre.

"Leur douleur est sincère"

Les accusations dans le documentaire n'étaient pas les premières portées contre Jackson. En 1993, un garçon de 13 ans a accusé le roi de Pop de l'avoir agressé sexuellement pendant cinq mois. L'affaire a été réglée lorsque Jackson a payé près de 25 millions de dollars.

En 2013, Jackson a été acquitté d'avoir abusé d'un autre enfant, lui aussi âgé de 13 ans, qui avait un cancer au moment de l'infraction présumée.

Parmi les preuves présentées par Ludot au tribunal, il y avait des témoignages écrits de dizaines de membres du groupe: plusieurs fans ont été diagnostiqués avec une dépression et des problèmes mentaux à la suite de la publication du documentaire.

"Je pense que leur souffrance est sincère", a déclaré Ludot, qui a remporté en 2014 un euro symbolique du médecin de Jackson, Conrad Murray, jugé comme ayant causé de la détresse aux fans pour son rôle dans la mort de la star.

Bien que l'avocat n'ait pas révélé ses honoraires, Walter a confié que c'était "cher".

De nombreux fans français avaient réservé des billets pour le spectacle gigantesque des 50 représentations de Jackson, qui devait se dérouler à l'O2 Arena de Londres en 2009-10. Les concerts ont été annulés après le décès du chanteur. Bien que les billets coûtent environ 800 euros, la plupart des fans ne demandent pas de remboursement. "Ils ont gardé les billets, comme des reliques", a expliqué Ludot. "Pour eux, il est comme le Christ."

Walter a créé MJ Community, avec l'aide de sa première fille, à la suite du décès de Jackson. Pendant la grossesse de sa fille, elle a écouté attentivement sa musique. "Jennifer [the daughter] a connu Michael toute sa vie ", a-t-elle déclaré.

La même année, la communauté MJ a aidé à organiser un rassemblement de près de 4 000 fans à Paris pour célébrer la vie de la star. En 2010, l'organisation a acquis le statut juridique de religion – le premier groupe de supporters en France à le faire, selon l'avocat du groupe et les médias locaux.

"Je ferais n'importe quoi pour lui [Jackson]", a déclaré Walter, ajoutant:" Je le défendrais jusqu'à la fin. "

Michael Jackson photographié avec Wade Robson, dans une image du documentaire "Quitter Neverland."

Ludot a déclaré que la bataille juridique bénéficiait du soutien total de la famille Jackson, qui a précédemment qualifié le film de "lynchage public". La famille a également décrit les accusateurs de Jackson comme des "menteurs avoués", en référence à des déclarations sous serment faites par Safechuck et Robson alors que Jackson était en vie qu'il ne les a pas agressés.

Ludot a déclaré qu'il avait été approché par des groupes de supporters de Jackson de Suisse, de Suède, d'Italie et d'ailleurs pour clarifier le nom de la légende de la pop via le système juridique français.

Dans un communiqué, John Branca, co-exécuteur testamentaire de la succession de Jackson, a écrit: "Nous continuons d'espérer qu'une victoire en France alimentera bientôt un mouvement aux États-Unis visant à explorer enfin les modifications de la loi afin de protéger le défunt contre la diffamation".

HBO, qui a réalisé le documentaire, partage une société mère (AT & T) avec CNN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *