Des militants des droits de l'homme demandent l'interdiction du Tour de France sur Bahreïn-Merida

Des militants des droits de l'homme demandent l'interdiction du Tour de France sur Bahreïn-Merida

Un groupe de campagne a écrit une lettre au président de la Union Cycliste Internationale (UCI), David Lappartient, pour protester contre la participation de l’équipe Bahreïn-Mérida au Tour de France.

La lettre a été signée par 11 groupes de campagne au total, y compris le Institut de Bahreïn pour les droits et la démocratie (BIRD). Ils agissent sous le groupe de coordination Sport and Rights Alliance.

Les auteurs demandent que l'équipe soit exclue du Tour de France et d'autres compétitions cyclistes professionnelles, au motif qu'il s'agit d'une tentative financée par le gouvernement de «blanchir sportivement» les violations des droits de l'homme.

«Le gouvernement bahreïnien a la réputation d’utiliser des événements sportifs de haut niveau pour détourner l’attention internationale du bilan épouvantable du pays en matière de droits de l’homme et nous craignons que la participation de Bahreïn-Merida aux compétitions de l’UCI soit conforme à ces objectifs», indique la lettre.

Il cite le Grand Prix de Bahreïn de Formule 1 et le Royal Windsor Horse Show comme exemples de comportements similaires.

Le régime du pays suscite de vives inquiétudes depuis le soulèvement à Bahreïn en 2011, au cours duquel 28 citoyens sont morts, dont cinq ont été torturés en détention. Les auteurs disent que la situation s'est "considérablement détériorée" depuis cette époque, parlant d '"attaques systématiques contre la liberté d'expression".

La lettre fait référence au rapport d'Amnesty International 2017/2018 qui fait état d'une «campagne à grande échelle visant à réprimer toutes les formes de dissidence», ainsi que du recours à «une force excessive, entraînant la mort de cinq hommes et un enfant et blessant des centaines de personnes». . "

Il attire également l'attention sur six journalistes actuellement emprisonnés en raison de leur travail et de la persécution d'athlètes qui remettent en question le régime.

Les rédacteurs concluent que permettre à l’équipe de concourir va à la fois contre le code de déontologie de l’UCI et contre les Principes directeurs de l’ONU relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme.

L'équipe a été fondée par Prince Nasser bin Isa Alkhalifa, le fils du monarque existant, aurait été créé avec un budget estimé à 13,7 millions de livres sterling financé par le Etat de Bahrein.

C’est loin d’être la première fois que des préoccupations sont exprimées à l’UCI. En 2016, les groupes ont demandé que la demande de licence présentée par l’équipe pour une licence UCI soit rejetée avant son année inaugurale en 2017.

Discuter du dernier plaidoyer en faveur de l’interdiction de l’équipe, directeur du plaidoyer chez BIRD, Sayed Ahmed Alwadei, a déclaré: «La participation de Bahreïn-Mérida au Tour de France, l’un des événements sportifs les plus emblématiques du monde, offre au gouvernement de Bahreïn une occasion unique de noyer le ternissement de sa réputation internationale.

«Avec une longue histoire de persécution d'athlètes professionnels, y compris d'allégations de torture crédibles, Bahreïn est un partenaire tout à fait inapproprié pour une équipe sportive internationale.

L’UCI a la responsabilité de procéder à une évaluation approfondie des droits de l’homme de toutes ses équipes et nous les exhortons à reconsidérer l’opportunité de Bahreïn-Merida lors de la révision de leur licence plus tard cette année. ”

Alwadei a déclaré que le groupe n'avait pas reçu de réponse de l'UCI au moment de la rédaction.

Répondre à un Cyclisme hebdomadaire demande, un porte-parole de l’UCI a déclaré: “L’Union Cycliste Internationale (UCI) confirme la réception de la lettre adressée par l’Association mondiale des joueurs au nom d’un certain nombre d’ONG. La lettre relaie des allégations de violations des droits de l'homme par le régime de Bahreïn, qui avaient été portées à l'attention de l'UCI avant l'enregistrement initial de Bahrain-Merida en tant qu'UCI WorldTeam à la fin de 2016.

«Pour la saison à venir, la Commission des licences indépendante examinera les critères applicables, y compris les critères éthiques, en fonction de toutes les informations disponibles relatives à l'équipe. L’évaluation par la Commission des licences se concentre sur l’équipe et ses membres et permettra aux équipes candidates de se voir attribuer des licences de l’UCI WorldTeam pour une nouvelle période de 3 ans, sous réserve du respect des procédures d’enregistrement annuel. ”

Cyclisme hebdomadaire a contacté l'équipe Bahreïn-Mérida pour obtenir ses commentaires et mettra à jour cette histoire, le cas échéant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *