Des manifestants jaunes français se heurtent à la police mais les chiffres diminuent

PARIS (AP) – Les manifestants en uniforme jaune ont affronté la police anti-émeute à Paris et à Amiens, dans le nord du pays, ce samedi 25 mai, alors que le mouvement antigouvernemental français s'était affaibli pour la 28e fin de semaine consécutive.

La police d'Amiens, la ville natale du président Emmanuel Macron, a lancé des gaz lacrymogènes sur environ 1 200 manifestants après qu'un groupe ait lancé des pierres sur la police, attaqué des succursales de la banque locale et incendié des poubelles, a annoncé le bureau du chef de la police locale.

La police a arrêté 27 personnes dans la ville.

Quelques centaines de manifestants se sont également affrontés avec la police dans le centre de Paris, autour de la place de la République.

Après plus de six mois, le mouvement populaire protestant contre le coût de la vie et l'indifférence perçue par Macron semblent s'essouffler.

Dans le pays, seuls 12 500 manifestants sont descendus dans la rue lors de la dernière journée de manifestations, soit le taux de participation le plus bas depuis le début du mouvement, a annoncé le ministère français de l'Intérieur. Au plus fort de novembre, plus de 300 000 personnes participaient à l’échelle nationale.

Les protestations prolongées, nommées en hommage aux vestes haute visibilité portés par les participants et opposées aux augmentations de la taxe sur les carburants, ont entravé les efforts de Macron pour repousser son calendrier de réformes et l'ont contraint à des concessions coûteuses.

Malgré le renversement rapide par Macron des hausses d'impôts et l'introduction d'autres mesures représentant plus de 10 milliards d'euros (11 milliards de dollars américains) pour accroître le pouvoir d'achat des électeurs à faible revenu, les manifestations et les émeutes se sont poursuivies dans tout le pays.

Alors qu'il fêtait son deuxième anniversaire au pouvoir, Macron a proposé plus de 5 milliards d'euros de réductions d'impôt supplémentaires, ainsi que d'autres mesures.

Les manifestations ont également mis à mal le parti Macron dans sa campagne pour la tenue des élections européennes de dimanche. La République en Marche vote au coude à coude avec le Rassemblement National d'extrême droite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *