Des coursiers de Food App exploitent les migrants qui cherchent désespérément du travail en France

Des coursiers de Food App exploitent les migrants qui cherchent désespérément du travail en France

PARIS – Aymen Arfaoui a attaché un sac en plastique Uber Eats et a vérifié sur son téléphone portable la piste cyclable la plus rapide avant de pédaler dans le flot de voitures entourant la place de la République. Le temps, c'était de l'argent, et M. Arfaoui, un migrant nerveux de 18 ans, avait besoin d'argent.

«Je le fais parce que je dois manger», a-t-il déclaré, bloquant ainsi un cours qui pourrait lui faire gagner quelques minutes lors de son premier accouchement de la journée. "C’est mieux que voler ou mendier dans la rue."

M. Arfaoui n’a pas de papiers de travail et il empocherait un peu plus de la moitié des gains de cette journée. Il a dit qu'il devait le reste à un courrier-courrier français qui considérait les conditions d'Uber Eats trop bon marché – 3,50 euros (un peu moins de 4 $) par commande plus un peu pour le kilométrage – pour effectuer le travail lui-même.

Le courrier parisien avait externalisé le travail illicitement à M. Arfaoui, qui vivait dans une voiture abandonnée depuis un mois après son arrivée de Tunisie. L'adolescent migrant a déclaré qu'il avait gagné 17 euros ce jour-là pour quatre heures de travail.

Jusqu’à présent, l’activité s’est peu développée parmi les quelque 20 000 passeurs de livraisons de vivres en France. Les entreprises ont abandonné des dizaines de motocyclistes découverts dans le cadre d'opérations sur le marché noir. Mais les entreprises et les régulateurs font face à de nouvelles plaintes concernant un autre signe d'exploitation dans l'économie du spectacle.

«Ces emplois sont devenus plus précaires», a déclaré Jean-Daniel Zamor, président du Collectif des livreurs indépendants à Paris, un groupe qui s’occupe des questions du travail pour les passeurs. "Le fait qu'il y ait moins d'argent sur les plateformes a poussé les pauvres à sous-traiter à des personnes encore plus pauvres qu'eux."

Uber Eats et ses concurrents, dont Stuart, une application française, et Glovo, basé en Espagne, ont déclaré être au courant de leur comportement répréhensible. "Nous sommes inquiets car ce sont des pratiques illégales dans lesquelles les gens profitent de la vulnérabilité des autres", a déclaré Nicolas Breuil, responsable du marketing mondial chez Stuart.

L’inspecteur du travail de Nantes, l’une des plus grandes villes de France, a ouvert une enquête. Stuart et Deliveroo ont déclaré avoir discuté avec des ministères français afin de détecter et de prévenir les éventuels abus.

Deliveroo a déclaré dans un communiqué qu'il avait "une approche de tolérance zéro sur cette question" et l'a prise "extrêmement au sérieux, y compris une enquête approfondie sur toutes les préoccupations qui pourraient survenir."

Alexandre Fitussi, directeur général de Glovo en France, a déclaré que les passeurs qui s’adressaient à des sans-papiers avaient créé leur propre système d’exploitation. «C’est un gros problème», at-il déclaré, ajoutant qu’au moins 5% de ses 1 200 livreurs hebdomadaires avaient été découverts illégalement en France.

Les conditions sont réunies dans d'autres pays européens pour une exploitation similaire d'immigrants clandestins et de demandeurs d'asile, et le problème a été signalé en Grande-Bretagne et en Espagne.

Jusqu'à récemment, les services de livraison de nourriture étaient à peine vus en France, où les repas assis étaient un totem culturel. Cela a changé en 2015 lorsque Deliveroo a commencé à proposer des menus de restauration dans les bistros et les restaurants à service rapide. Uber Eats et d'autres applications de livraison ont suivi.

Les plates-formes ont attiré des milliers de travailleurs, en particulier des banlieues françaises au chômage élevé, ainsi que des étudiants. Mais les messagers qui ont parlé avec le New York Times disent maintenant que les entreprises recrutent plus de motocyclistes et que leur salaire empire. Les messageries sont tenues de postuler en tant qu'entrepreneurs indépendants afin que les entreprises puissent éviter les dépenses et les taxes associées au travail à temps plein.

Deliveroo a fait face à des grèves en France après avoir modifié son taux de rémunération en 2017, passant d'un taux horaire fixe plus une commission à un montant forfaitaire de 5 € à 5,75 € par livraison. Les coureurs d’Uber Eats ont tenu des grèves limitées lors de la Coupe du monde de football de la Coupe du monde de l’année dernière pour protester contre ce qu’ils disaient être des salaires et des conditions de travail médiocres.

Les entreprises contestent les revendications relatives à l’aggravation des salaires.

Uber Eats a déclaré que les passeurs en France gagnaient en moyenne entre 10 et 15 € l'heure pendant les heures de pointe, de 11h30 à 14h00. et de 19h à 22h Deliveroo et Stuart ont déclaré que leurs coureurs gagnaient en moyenne 13 euros par heure. Glovo a déclaré que ses courriers gagnaient environ 10 euros de l'heure.

Des messagers ont déclaré lors d’entrevues que les taux officiels ne reflétaient pas toujours ce qu’ils emportaient chez eux. Ils ont décrit un système dans lequel la rémunération des plateformes de distribution alimentaire avait chuté de 25% ou plus au cours des dernières années, créant ainsi des incitations à externaliser.

Bien que les entreprises parlent de leurs politiques en matière de responsabilité sociale, elles en tirent toujours un profit, peu importe le fournisseur, a-t-il déclaré.

«Chaque année, nous gagnons moins, nous livrons moins», a déclaré Florent, un coureur d’une vingtaine d’années qui a accepté de ne s’identifier que par son prénom. "Ils modifient les conditions en réduisant les salaires ou en modifiant les règles de paiement."

Florent a déclaré qu'il avait travaillé pour trois applications de livraison de nourriture et qu'il louait désormais son identité sur chaque application à des travailleurs sans papiers pour une réduction de 30% de leur salaire. Florent a été contacté par le Times via Facebook, que lui et d'autres utilisent pour colporter leurs comptes.

Youssef El Farissi, 18 ans, basé à Avignon, a déclaré qu'il avait loué son compte Uber Eats à une douzaine de travailleurs sans papiers le mois dernier. Six de ses amis faisaient la même chose avec différentes plateformes.

"Si c'était mieux payé, tout le monde resterait pour son propre compte et travaillerait", a-t-il déclaré.

Alors que les migrants continuent de fuir l’Afrique et le Moyen-Orient, la population de demandeurs d’asile en France ne cesse de croître sans que le gouvernement puisse examiner leurs dossiers. Les migrants interrogés par The Times dans le cadre de cet article ont déclaré qu'ils avaient besoin de travail et que rouler à vélo, même à des conditions précaires, était préférable à des moyens plus néfastes de gagner de l'argent comme vendre de la drogue.

Le droit du travail français autorise les entrepreneurs indépendants à sous-traiter à des travailleurs légaux, mais Uber Eats, Stuart et Glovo ont déclaré interdire la sous-traitance. Deliveroo a déclaré que ses coureurs pourraient sous-traiter à des personnes avec des documents de travail et qu’elle effectuait des contrôles inopinés et des fouilles de données de courriers. "Si un coureur sous-traitait à un individu sans droit de travailler, nous mettrions immédiatement fin à son contrat", a déclaré la compagnie.

Uber Eats a déclaré qu'il ne tolérait pas le travail illégal ou des mineurs et que 100 employés en France effectuaient des contrôles inopinés. Glovo suit le temps de conduite pour identifier les comportements suspects. Stuart effectue des inspections régulières et indique avoir découvert au moins une douzaine de substituts illégaux par mois.

M. Arafoui, le jeune migrant, a déclaré qu'il avait peu d'alternatives. Quittant une économie en difficulté en Tunisie, il est monté à bord d'un bateau en septembre avec des centaines d'autres passagers de la Libye. Il a atterri en Italie, at-il dit, et s'est caché dans des trains à destination de la France. Il peut demander l'asile.

«J'ai rencontré un gars qui m'avait loué son compte Uber Eats pour 100 € par semaine», a déclaré l'adolescent à la voix douce et superficielle. Il a déclaré qu'il travaillait jusqu'à 13 heures par jour, soit environ 200 euros par semaine.

Le rêve de M. Arafoui est de travailler comme poissonnier. «C’est un travail moins dangereux que celui-ci, où il faut livrer tout de suite et se dépêcher de se rendre au prochain endroit», a-t-il déclaré. Mais cela nécessiterait des documents de travail qu'il n'avait pas encore.

"Etre un coureur à emporter est plus facile", a-t-il ajouté. "Personne ne vérifie votre identité, et vous pouvez trouver un compte très rapidement."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *