Dernières nouvelles sur le Brexit: la Grande-Bretagne et la France en désaccord avec Boris Johnson et Emmanuel Macron à propos du Brexit

Le Royaume-Uni et la France étaient en désaccord aujourd'hui après les discours du Premier ministre Boris Johnson et du président Emmanuel Macron sur le Brexit.

M. Johnson a déclaré hier au président français que le "divorce" devait être réouvert pour mettre fin à l'impasse. Quelques heures plus tard, cependant, Amélie de Montchalin, ministre française de l’Europe, a rejeté la demande de modification de l’accord de retrait. Ses commentaires ont été prononcés lorsqu'un ministre a annoncé qu'un budget d'urgence serait mis en place à l'automne pour stimuler l'économie, alimentant de nouvelles spéculations sur le fait que la Grande-Bretagne pourrait se diriger vers une sortie sans accord de l'Union européenne et éventuellement une élection générale dans quelques mois.

M. Macron est l’un des dirigeants européens les plus intransigeants sur le Brexit, mais M. Johnson a souligné que le filet de sécurité à la frontière nord-irlandaise devait être éliminé pour que les plans de retrait puissent passer par la Chambre des communes.

Le porte-parole officiel du Premier ministre a déclaré que M. Johnson avait transmis le même message que lors de son entretien avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, jeudi.

"Lorsque le Premier ministre s'entretiendra avec les autres dirigeants et que la discussion se poursuivra au Brexit, il diffusera le même message que celui qu'il a livré à la Chambre des communes hier", a expliqué le porte-parole. «Il veut faire un marché. Il tentera avec énergie de rechercher cet accord, mais l'accord de retrait a été rejeté à trois reprises par la Chambre des communes. Cela ne va pas passer.

Macron et Johnson en 2018, alors que M. Johnson était secrétaire aux affaires étrangères

"Cela signifie rouvrir l'accord de retrait et assurer l'abolition du backstop."

Mme de Montchalin a souligné que, si les capitales européennes étaient prêtes à collaborer avec le nouveau gouvernement, elles tenaient absolument à ce que l'accord de "divorce" ne soit pas renégocié.

"Ce qui reste à négocier, ce sont les relations futures", a-t-elle déclaré à France 2. "Nous devons créer une relation de travail et ne pas entrer dans les jeux, les gestes et les provocations."

L’Irlande a également réagi avec fureur au refus total de M. Johnson de conserver le soutien controversé.

Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, a déclaré que l'approche était "très inutile" et pourrait bloquer un accord. Après des entretiens avec le secrétaire d'Irlande du Nord, Julian Smith, à Belfast, M. Coveney a déclaré: "Il semble avoir pris la décision délibérée de placer la Grande-Bretagne dans une position conflictuelle avec l'Union européenne et avec l'Irlande dans le cadre des négociations sur le Brexit."

Kit Malthouse a déclaré au moins deux fois au cours d'une conférence de presse ce matin qu'il y aurait un budget d'urgence alors qu'il donnait plus de détails sur le recrutement de 20 000 policiers supplémentaires pour renforcer la lutte contre le crime. Il a suggéré que le coût serait au moins en partie payé par davantage d'emprunts.

Le ministre de la Police a souligné que le budget viserait à augmenter les recettes fiscales pour payer les promesses de dépenses du gouvernement.

"Le Premier ministre a également annoncé la création d’un budget d’urgence à l’automne destiné à stimuler l’économie", a déclaré M. Malthouse à Sky News. "Ce que vous espérez, c'est qu'une économie à plus forte croissance produira des recettes fiscales plus importantes que nous pourrons payer pour certaines des choses que nous voulons faire."

Cependant, ses commentaires ont surpris les responsables de Whitehall. Ils ont dit qu’un budget d’urgence n’était pas en cours de planification.

Une source de Downing Street a qualifié la remarque de M. Malthouse de "spéculation", tandis qu'un porte-parole du ministère des Finances a déclaré: "Comme d'habitude, la chancelière annoncera le moment choisi pour tout événement fiscal." Union "à son poste officiel alors qu'il craignait un Brexit sans accord pourrait intensifier les appels en faveur d'un second référendum sur l'indépendance en Écosse. Il a fait cette annonce lors de sa première réunion du Cabinet hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *