Dernières nouvelles: les États-Unis envisagent toujours les mesures de représailles pour la taxe technologique française

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, à gauche, s'entretient avec le secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin, lors d'une réunion tenue au G-7 Finances à Chantilly, au nord de Paris, le jeudi 18 juillet 2019.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, à gauche, s'entretient avec le secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin, lors d'une réunion tenue au G-7 des Finances à Chantilly, au nord de Paris, le jeudi 18 juillet 2019.

AP Photo

CHANTILLY, France

Dernières nouvelles de la réunion des ministres des Finances du G-7 (heure locale):

12h50

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré que la Maison-Blanche poursuivrait son enquête sur la taxe numérique française, qui vise des sociétés comme Google et Amazon, comme une possible mesure commerciale déloyale susceptible de donner lieu à des représailles.

M. Mnuchin a fait ce commentaire lors de la réunion des ministres des Finances du Groupe des Sept, jeudi à Chantilly, en France. Il a ajouté que les travaux se poursuivraient selon un mécanisme soutenu par la communauté internationale afin de s'assurer que les entreprises de technologie paient leur juste part d'impôt: "Nous allons exécuter un processus en deux étapes."

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré que la France n'était pas encore prête à réduire sa taxe de 3% sur les revenus numériques des grandes entreprises basées sur Internet, mais pourrait retirer la mesure nationale si une solution internationale était finalement trouvée l'année prochaine.

Les autorités commerciales américaines envisagent l’impôt comme une mesure discriminatoire éventuelle à l’encontre des entreprises américaines.

___

12h05

Les hauts responsables des finances des riches démocraties du Groupe des Sept avertissent que des crypto-monnaies telles que la Balance de Facebook ne devraient pas être utilisées avant que "de sérieuses préoccupations réglementaires et systémiques" soient résolues.

Le résumé final du président de la réunion du G-7 à Chantilly, en France, indique que les responsables ont "convenu" que les soi-disant stablecoins – des crypto-monnaies indexées sur des monnaies réelles – devront respecter "les normes les plus strictes" en matière de réglementation financière pour éviter l'argent blanchiment ou des menaces à la stabilité du système bancaire et financier.

Selon le communiqué, des ministres, dont l'hôte français Bruno Le Maire, et le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, ont convenu que ces préoccupations devaient être traitées "avant que de tels projets ne puissent être mis en oeuvre".

Le résumé indique que les sept pays attendent également les grandes lignes d'un accord mondial sur la taxation des activités numériques d'ici janvier prochain.

Il a précisé que l'accord permettrait aux entreprises d'être taxées dans des pays où elles ne sont pas physiquement présentes et prévoit un forum d'arbitrage.

___

11h10

Les ministres des Finances des riches démocraties du Groupe des Sept sonnent l'alarme sur les dangers des crypto-monnaies et jettent de l'eau froide sur la Balance de Facebook alors qu'ils clôturent une réunion à Chantilly, en France.

Des fonctionnaires des États-Unis, de la France et d’autres ont émis jusqu’à présent un scepticisme quant à la Balance et aux crypto-monnaies, qui figurent en tête de l’ordre du jour de cette réunion de deux jours.

Toutefois, la réunion, qui préparera le sommet pour un sommet des chefs d'État et de gouvernement du G-7 en août, exposera également les divergences d'opinions sur la manière de taxer les entreprises numériques. Les États-Unis et la France en particulier sont en désaccord.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré à son homologue français, Bruno Le Maire, que le gouvernement américain protestait contre les projets de Paris visant à taxer les géants de la technologie tels que Facebook et Google.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *