Dernières nouvelles du BBC Newsnight Brexit: l'Allemagne plus choquée que la France après la sortie du Royaume-Uni | UK | Nouvelles

Dernières nouvelles du BBC Newsnight Brexit: l'Allemagne plus choquée que la France après la sortie du Royaume-Uni | UK | Nouvelles

Benedicte Paviot a déclaré sur BBC Newsnight qu'Angela Merkel et ses collaborateurs craignaient que la sortie du Royaume-Uni de l'UE ne conduise à des retards à la frontière. S'adressant à Emily Maitlis, l'animatrice de l'émission, Mme Paviot a déclaré que le résultat du vote de 2016 n'était pas si surprenant pour la France. Le journaliste de France 24 discutait de l’édition d’aujourd’hui du journal Le Monde, le journal national français.

Elle a déclaré: «Ils parlent du fait que le Brexit a été un choc plus important pour l'Allemagne que pour la France.

"C'est une déception pour les deux pays car l'Allemagne craint vraiment la création de nouvelles frontières."

Elle a ajouté: "Même si la France est sous le contrôle de plusieurs présidents depuis longtemps, l’Europe a connu des vitesses différentes et n’a pas de problème avec ce concept."

Ses remarques interviennent après la visite du Premier ministre Theresa May avec le président français Emmanuel Macron et l’Allemande Angela Merkel.

LIRE LA SUITE: Farage et son parti au Brexit "se lèveront comme un PHOENIX" aux élections

Hier, elle a accepté que le Royaume-Uni participe aux prochaines élections européennes afin de bénéficier d'une prolongation du Brexit.

Mme May espère que cela lui donnera plus de temps pour tenter de conclure un accord avec le parti travailliste.

Un porte-parole du Cabinet a annoncé lundi que le gouvernement britannique avait entamé les préparatifs avant le vote européen de mai, mais a insisté pour que Mme May reste désireuse de parvenir à un accord avant le 22 mai.

Le porte-parole a déclaré: "Le gouvernement a toujours l'intention de laisser l'UE avec un accord et d'adopter la législation nécessaire avant le 22 mai, afin que nous n'ayons plus besoin de participer aux élections parlementaires européennes".

Suite à sa rencontre avec la chancelière allemande, le porte-parole officiel de Mme May a déclaré: "Si vous regardez ce que le Premier ministre a proposé dans sa lettre, elle a demandé une prolongation jusqu'au 30 juin au plus tard.

"Une partie très importante de cette demande est que si nous sommes capables de parvenir à un accord au niveau national d'ici le 22 mai, nous pourrons partir à ce moment-là."

Au retour de Mme May du continent, Conservateur et les travaillistes reprendront les discussions avec le gouvernement sur la perspective d’une union douanière avec l’Union européenne afin de parvenir à un compromis sur le Brexit.

Les partis de l’opposition ont repris les pourparlers pour tenter de sortir de l’impasse entourant la sortie du bloc britannique et se sont mis d’accord sur quelque chose qui pourrait persuader le Parlement de voter un accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *