Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019 ™ – Actualités – Rencontre avec le journaliste de l'équipe: France

Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019 ™ - Actualités - Rencontre avec le journaliste de l'équipe: France
  • Emma Hingant couvrira la France à la Coupe du Monde Féminine
  • La journaliste et traductrice arbitre de la Premier League écossaise
  • Hingant: "J'espère que France 2019 ouvrira pour d'autres la porte que France 1998 a faite pour moi"

Pour la première fois lors d’une Coupe du Monde Féminine de la FIFA, la couverture de France 2019 sera assurée par 24 Producteurs de contenu numérique par équipe, offrant une expertise et un contenu exclusif dans les coulisses de chacune des parties participantes.

D’ici le coup d’envoi, certains de ces membres de la Team Reporters partageront leurs histoires et leurs attentes pour la pièce maîtresse à venir. Aujourd’hui, c’est Emma Hingant, amoureuse du football chez France 1998 – qui suivra Les Bleues alors qu’ils tentent d’émuler Zidane & Co en remportant une Coupe du Monde chez eux.

Voir également


Reporters de l'équipe #FIFAWWC sur Twitter




L'histoire d'Emma

Le football n'a pas toujours occupé une si grande partie de ma vie.

Traductrice spécialisée dans le football, je suis journaliste dans les tournois européens. Depuis 2008, je participe à tous les EURO hommes et femmes. J'ai couvert trois finales de l'UEFA Women's Champions League et la Coupe du Monde de la FIFA 2010. ™.

J'ai également arbitré dans la Premier League écossaise depuis que j'ai raccroché. Oh oui, et j'aime aussi regarder des jeux à la télévision.

Mais ce n’était pas toujours comme ça. Oui, le football a toujours été mon cœur; J'ai adoré jouer avec mon père dans notre jardin à la maison. Il m'a appris à voler, à prendre des virages, à défendre et à marquer.

Quand j'avais huit ou neuf ans, j'étais la seule fille à jouer au football (avec une balle de tennis) à la récréation dans la cour d'école avec les garçons. Et je n'ai jamais été victime de discrimination – ils savaient que j'étais l'un d'eux.

Mais bien que j’avais l'habitude de demander des protège-tibias et des ballons de foot à Noël et aux anniversaires, je ne l'avouerais jamais, pas même à mes amis les plus proches. Une fille jouant au football dans les années 80 et 90? Je n'en avais certainement pas entendu parler – même si j'en étais un! Je n'avais aucun modèle à me montrer, je pouvais réellement jouer dans une équipe.

Les modèles sont sans aucun doute ce dont les petites filles du monde entier ont besoin de savoir que, oui, c'est possible. Heureusement, depuis les années 1980, j'ai vu un changement de mentalité: chez les filles qui jouent le jeu, dans le public et dans les médias.

Prenons l'EURO féminin de l'UEFA 2009 en Finlande: j'étais le seul reporter français aux conférences de presse françaises. C'était Bruno Bini, une joueuse (généralement Sandrine Soubeyrand) et moi. Personne d'autre. Une équipe de télévision a fait un court reportage sur l'équipe juste avant les quarts de finale, mais c'est tout.

Quatre ans plus tard, en Suède, j'avais déjà remarqué une différence: il y avait plus de médias et ils semblaient être là par choix. L'attitude des médias français avait changé après la Coupe du monde de 2011 et les Jeux olympiques de 2012, la France se qualifiant pour les demi-finales.

Et la semaine dernière, lors de la finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA, j'étais dans une salle de conférence de presse tellement occupée que certains journalistes ont dû se lever.

1998 éveil

Je sais que cette Coupe du Monde Féminine en France sera la plus importante à ce jour en termes de couverture médiatique et d’exposition aux médias sociaux. Et pour les filles françaises dans tout le pays, cela pourrait être un tournant.

Avoir une Coupe du Monde à la maison est quelque chose de spécial. Je le sais par expérience car je me souviens encore de France 1998 comme d’une grande fête. Des écrans géants avaient été installés dans toutes les villes du pays et les gens étaient vraiment heureux.

Même si j'ai aimé les discussions avec mon père, rien ne pourrait surpasser en voyant Didier Deschamps, Zinedine Zidane et Marcel Desailly soulever ce trophée le 12 juillet 1998. Je ne peux qu'imaginer ce que cela pourrait faire pour une fille de Lille. Amandine Henry faire de même, ou l’impact que Wendie Renard pourrait avoir sur un autre enfant des Antilles.

France 1998 a marqué le véritable début de ma vie de footballeur. C'est pendant le tournoi que j'ai écrit mon premier article de presse sur le match USA-Yougoslavie à La Beaujoire, Nantes. À la fin de la Coupe du monde, j’ai eu un abonnement de saison au club de ma ville, la Ligue 1, puis j’ai commencé à jouer au football universitaire lorsque je suis parti aux États-Unis en 2000. C’est là que j’ai réalisé que le "football" était un sport féminin!

Ma passion pour le jeu a continué en France et partout où j'ai déménagé depuis pour mes études ou mon travail: Angleterre, Irlande et, plus récemment, en Écosse.

Tout a commencé avec une coupe du monde à domicile. Pour espérer en vivre une autre cet été et pour couvrir les hôtes dans leur voyage, eh bien, je ne peux pas croire à quel point je suis chanceux. Mon seul espoir maintenant est que, pour les autres filles et femmes, France 2019 ouvre les mêmes portes que France 1998 pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *