Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019 ™ – Actualités – L'histoire norvégienne de l'Australie pour le dernier chapitre

Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019 ™ - Actualités - L'histoire norvégienne de l'Australie pour le dernier chapitre

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019 ™

© Getty Images

  • Les relations de l’Australie avec la Norvège constituent un sous-complot supplémentaire à la réunion des 16 dernières
  • Troisième match entre les équipes des quatre dernières Coupes du monde
  • Sept Matildas ont joué en Norvège

Par Pete Smith avec l'Australie

La Norvège n’est guère plus éloignée de l’Australie, mais les deux pays partagent une histoire commune dans le football féminin. Ils écriront un autre billet lorsqu'ils se rencontreront lors du match éliminatoire de la Coupe du Monde de la FIFA, FIFA 2019, qui aura lieu samedi à Nice.

Étonnamment, sept membres de l'équipe australienne ont joué en Norvège. Un lien familial direct est peut-être encore plus improbable. Karly Roestbakken doit son nom de famille norvégien au père Jack, né dans le pays scandinave où il a joué au football de deuxième rang.

L’affrontement de samedi sur la Côte d’Azur sera le troisième rendez-vous des quatre dernières Coupes du Monde Femmes opposant les deux hommes. Les Matildas ont assommé le Gresshoppene en 2011 – c'est la seule fois où les champions du monde de 1995 n'ont pas réussi à passer de la phase de groupes.

Quatre ans plus tôt en Chine en 2007, Lisa De Vanna – la seule survivante encore dans l’équipe australienne – avait ramené le niveau Matildas dans un match nul 1-1. L’Australie a remporté l’autre match qui se déroulera entre les deux nations au cours de ce siècle, avec quatre victoires sur trois à la Coupe de l’Algarve, l’année dernière.

L’un des plus grands moments de football de la Norvège s’est déroulé à Sydney, le pays ayant remporté la médaille d’or au tournoi de football olympique féminin 2000. Actuel Gresshoppene L’attaquant Elise Thorsnes – qui a marqué le but lors de la défaite contre l’Australie en Allemagne 2011 – est le seul Norvégien à figurer dans la W-League, après une période très productive avec Canberra United il ya quelques années.

Mais l'interrelation entre les deux nations est beaucoup plus prononcée du point de vue australien. Le milieu de terrain offensif de Matildas, Tameka Yallop, a passé les deux dernières saisons à Klepp, tandis que Chloe Logarzo, Ellie Carpenter et Emily Gielnik font partie des anciens Australiens.

«J'ai eu la chance de jouer en Norvège en 2017 et je sais que c'est un groupe difficile», a déclaré Logarzo qui a eu un sort avec Avaldsnes. “C'est une culture viking, donc ça va être un match difficile. Être coincé dans [is a similarity between the two nation’s football cultures]. Les Australiens aiment bien et tout comme eux.

Sans aucun doute, l'intrigue secondaire la plus improbable pour le match à élimination directe est celle du jeune arrière australien Roestbakken. Il y a deux semaines, elle suivait régulièrement l'entraînement hors saison l'hiver dernier à Sydney. Deux semaines plus tard, l’adolescente, qui a été élevée à la veille du tournoi pour Laura Alleway, blessée à la blessure, se prépare à rencontrer le pays natal de son père.

Papa a réussi à organiser à la hâte un voyage en France, mais il n'y aurait pas de loyauté divisée.

"Pour lui d'être là et de me voir sortir dans ce maillot, cela signifie absolument tout pour lui – et cela signifie tout pour moi", a déclaré le joueur des services publics de Canberra United. "C'est tellement spécial."

“[My family] peut-être norvégien, mais ils porteront certainement le maillot des Matildas. ”

© Getty Images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *