Comment Megan Rapinoe et les États-Unis battent la France à la Coupe du monde

Notre aperçu du match d’aujourd’hui montre que chaque équipe doit gagner aujourd'hui. Un échantillon:

Pourquoi les Etats-Unis vont gagner:

Les Français peuvent avoir confiance en leur victoire sur les États-Unis lors d'un match amical en janvier. Mais il y a une grande différence entre un match d'exhibition hors saison avec la disparition de plusieurs habitués et un quart de finale de la Coupe du monde avec une équipe de vétérans ronronnant comme une voiture de sport bien réglée. Une équipe capable d’attaquer jusqu’à huit joueurs à la fois quand ses latéraux, Crystal Dunn et Kelley O’Hara, sont pleinement engagés. Une équipe qui a enfin vu son gardien de but, Alyssa Naeher, testé dans un grand match. Une équipe qui peut ressentir l’évolution du monde, la montée des nations européennes, et qui ne veut pas du tout être la partie américaine qui laisse le drapeau de l’immersion baisser.

"Ce que les gens ont tendance à ne pas comprendre, c'est que l'équipe américaine vit sous pression", a déclaré l'entraîneur des États-Unis, Jill Ellis. «Quand tu es jeune et que tu entres dans ce programme, il y a toujours une cible sur ton dos. C’est donc presque un endroit où nous habitons régulièrement.

“Oui, c'est un grand match et je pense que les joueurs le savent. Mais je pense aussi que c’est cette attente d’être prêt pour ce moment. Nous en parlons beaucoup. Ils sont câblés pour cela. Ils sont construits pour cela. "

Pourquoi la France va gagner:

Bien sûr, aller en quart de finale n'a pas été une valse pour l'entraîneure Corinne Diacre et son équipe, et il ne sera pas plus facile de dépasser les États-Unis. Mais il y a des raisons, au-delà de la foule locale et du destin perçu, que la France doit remporter une Coupe du Monde Féminine un jour, de penser que les hôtes ont une vraie chance vendredi. Les défenseurs centraux Wendie Renard et Griedge Mbock Bathy, coéquipiers pour le club et le pays, constituent un formidable obstacle à toute attaque, notamment celle dirigée par Alex Morgan (probablement blessé), battu par l'Espagne lors de son dernier match. Kadidiatou Diani représente une menace dangereuse sur l'aile, surtout si la France contre rapidement une équipe américaine programmée pour attaquer en masse et que Eugénie Le Sommer, Amandine Henry et Valérie Gauvin se sont révélées être des finissantes.

"Ce sont les champions en titre, ils ont un superbe cas de trophée, nous avons encore beaucoup à prouver", a déclaré Henry. «Mais je pense que nous avons très bien joué au cours des 18 derniers mois. Nous sommes bien conscients de nos capacités. Nous voulons montrer que demain. Et je pense que nous pouvons aller de l'avant avec ce côté – je pense que nous pouvons les battre. Nous l’avons déjà montré. Nous devons faire cela dans cette compétition elle-même. "

Lire l'article complet ici.

Une vague de chaleur qui a traversé l'Europe cette semaine a tué plusieurs personnes et déclenché des incendies de forêt, dont un en Espagne provoqué par du fumier spontanément brûlé. Ces conditions ont provoqué jeudi une température record de près de 112 degrés Fahrenheit en France. Le vendredi peut être encore plus chaud.

La bonne nouvelle pour les équipes est que le match de vendredi au Parc des Princes à Paris débutera à 21 heures. heure locale, ce qui devrait modérer légèrement le pire climat. Mais les deux côtés s'attendent à des conditions brutales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *