Cinq points de discussion de la 18ème étape du Tour de France 2019

Cinq points de discussion de la 18ème étape du Tour de France 2019

Alaphilippe se débat mais conserve son maillot

Julian Alaphilippe au sein du groupe GC sur la scène 18 du Tour de France 2019 (Sunada)

Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) était le plus faible des prétendants au maillot jaune aujourd'hui, mais a lutté avec détermination pour conserver son maillot jaune.

>>> Nairo Quintana revient pour remporter la victoire alors que Julian Alaphilippe tient le jaune sur la 18ème étape du Tour de France 2019

Mieux encore pour le Français, il n'a perdu que du temps devant l'un de ses rivaux immédiats – Egan Bernal (Ineos), qui a terminé 32 secondes plus tard, après s'être séparé du groupe de favoris sur le Col du Galibier.

Alaphilippe a craqué vers le sommet du Galibier et a encaissé la montée avec un retard de 20 secondes à rattraper.

C'est là que ses compétences descendantes incomparables sont entrées en jeu. Bien que visiblement épuisé, il a descendu la descente comme une pierre et a comblé ce vide considérable en un rien de temps.

Il n’aura pas le luxe de finir en descente dans les deux prochaines étapes alpines, qui se terminent toutes les deux en sommet. Mais avec son avance sur la deuxième place, Egan Bernal, qui a encore une fiche de 1-30, une superbe victoire s’approche de plus en plus.

Quintana gagne l'étape… et revient dans la course au classement général?

Nairo Quintana attaque sur la 18ème étape du Tour de France 2019 (Sunada)

Il est de retour! Après avoir enduré un autre Tour de France décevant jusqu'à présent, Nairo Quintana (Movistar) a trouvé sa meilleure forme pour remporter une victoire d'étape spectaculaire.

Ayant commencé la percée de la journée avec Romain Bardet (Ag2r La Mondiale) et Adam Yates (Mitchelton-Scott), le Colombien a lancé une attaque meurtrière à mi-chemin du Galibier à laquelle personne ne pouvait réagir les 26 km restants jusqu'à l'arrivée pour une superbe victoire en solo.

Ce n’était toujours pas la preuve concrète d’une pensée commune de la part de son Movistar, qui avait demandé à Marc Soler de donner une allure qui effaçait le peloton lors de la précédente ascension du Col d’Izoard sans raison apparente, mais rachetait quelque peu le Tour de l’équipe. de France.

La course de Quintana rappelait son succès au sommet du Col de Portet lors de la troisième semaine de la course de l'année dernière, qu'il avait remportée avec une attaque similaire à long terme au bas de la montée finale, mais cette victoire était sensiblement différente en ce qui concerne le montant. de temps, il a gagné dans le processus.

Le groupe de maillots jaunes n’est arrivé que 5-18 après la fin de Quintana, ce qui lui a permis de se classer septième au classement général, ce qui est intriguant, à seulement 3-54 secondes d’Alaphilippe et à 2-24 secondes de Bernal.

Ils ont toujours une marge de temps substantielle et sont probablement trop importants pour être comblés avec seulement deux étapes de montagne à parcourir. Mais avec un coureur comme Quintana, qui, à son meilleur, peut être absolument dévastateur en montagne, on ne sait jamais – pourrait-il y avoir une autre tournure dans cet intrigant Tour de France?

Bernal dépasse Thomas pour devenir le plus haut coureur d'Ineos sur GC… juste

Egan Bernal à l'étape 18 du Tour de France 2019 (Sunada)

Le seul changement au sommet du classement général aujourd'hui pourrait s'avérer être un changement de course, alors qu'Egan Bernal passait du cinquième au deuxième rang du classement général, à seulement cinq secondes de son coéquipier Ineos, Geraint Thomas.

>>> "Cela n’a pas semblé assez difficile": Geraint Thomas tente de tester ses rivaux du Tour de France sur le Col du Galibier

L’attaque qui a valu à Bernal l’époque était un leurre. Le Colombien a agi sur le Galibier après que son coéquipier Dylan van Baarle se soit échappé pour forcer les autres favoris à se lancer à la poursuite de Thomas, mais l’accélération était si lente. fort que personne ne pourrait suivre.

Leur absence de réponse a incité Thomas à s’attaquer lui-même peu de temps après, mais cette fois-ci, les autres favoris ont montré plus d’urgence, avec Pinot accélérant près du sommet de la montée pour faire revenir le Gallois.

Tout cela place Ineos dans une position très forte, avec les deux coureurs deuxième et troisième sur GC, mais complique également leur situation. Quel coureur est le leader? Il semble trop serré pour appeler – les deux semblent avoir la même force et cinq secondes à peine les séparent.

Dave Brailsford et co. Pour que les deux coureurs restent heureux, il va falloir faire un exercice d’équilibre très délicat, mais s’ils courent ensemble de façon harmonieuse, il ya de fortes chances que l’un d’eux gagne le maillot jaune. La question est de savoir lequel.

Les autres candidats au maillot jaune font la course avec prudence

Thibaut Pinot sur l'étape 18 du Tour de France 2019 (Sunada)

Outre Bernal et Thomas, les prétendants au maillot jaune étaient réticents à l'attaque.

Aucune manœuvre audacieuse n’a été lancée lors des précédentes ascensions de la scène. Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma), Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) et Emaneul Buchmann (Bora-Hansgrohe) étaient tous satisfaits de monter le tempo jusqu'au Galibier.

Leur conservatisme était quelque peu compréhensible, étant donné la gravité de la situation au sein du GC et le risque de perdre beaucoup de temps si quelqu'un entrait dans le rouge dans une ascension aussi effrayante que le Galibier.

Cependant, il reste qu'Alaphilippe reste au moins 1-30 devant tous avec seulement deux étapes à faire. Il était évidemment plus faible que les autres, comme il a été montré lors de son largage final, mais l'absence de course à plat jusque près du sommet du Galibier impliquait qu'il n'était distancé que par une marge suffisamment petite pour récupérer confortablement dans la descente.

Si Alaphilippe arrive à Paris avec le maillot jaune toujours sur ses épaules, les autres risquent de regretter de ne pas avoir adopté une approche plus audacieuse aujourd'hui.

Romain Bardet le nouveau chef du roi des montagnes

Romain Bardet sur le Col du Galibier sur la 18ème étape du Tour de France 2019 (Sunada)

Romain Bardet (Ag2r La Mondiale) a été frustré dans sa tentative de remporter l'étape. Il a dû se contenter de la deuxième place à 1-35 de Quintana, mais a remporté le prix de consolation considérable du maillot à pois.

Gagner ce maillot était son objectif immédiat de la journée, comme il a été clair lorsqu’il a sprinté pour la deuxième place au sommet du Col de Vars, derrière Tim Wellens (Lotto-Soudal), l’homme qu’il cherchait à remanier.

En tant qu'alpiniste bien supérieur à Wellens, il était toujours probable que Bardet le lâche sur les montagnes encore plus escarpées, et le Français est resté en tête de la course au sommet du Col d'Izoard (derrière Bahreïn). Damiano Caruso de Merida), date à laquelle Wellens a été abandonné depuis longtemps.

Bardet a de nouveau terminé deuxième lors de la dernière montée, le Galibier, ce qui lui a permis de se hisser au sommet du classement, 12 points devant Wellens et 26 points devant Caruso.

Ses espoirs pourraient être terriblement contrariés, mais Bardet pourrait tout de même monter sur le podium à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *