Cinq points de discussion de la 13ème étape du Tour de France 2019

Cinq points de discussion de la 13ème étape du Tour de France 2019

Vos triomphes à La Course

Marianne Vos remporte Le Course 2019 (Photo de Chris Graythen / Getty Images)

Pour la deuxième année consécutive, nous avons eu droit à une poursuite captivante et à des prises captivantes à l'arrivée afin de déterminer le champion de La Course.

Alors que l’année dernière, Annemiek van Vleuten (Mitchelton-Scott) avait attrapé Anna van der Breggen (Boels-Dolmans) avec littéralement quelques mètres à perdre, cette compatriote néerlandaise Marianne Vos (CCC-Liv) a pris d'assaut l'agressive attaquante Amanda Spratt (Mitchelton-Scott). ) dans une arrivée abrupte à Pau.

Mitchelton-Scott avait semblé jouer un aveugle. Van Vleuten a formé une sélection, à partir de laquelle Spratt a ensuite attaqué, permettant au champion en titre – sur une forme formidable après son triomphe au Giro Rosa – de s'asseoir dans les roues pendant que les autres poursuivaient.

Cependant, lorsque Spratt a finalement été pris – péniblement près de l’arrivée sur l’avant-dernier virage, après avoir survécu très longtemps – ce n’est pas une nouvelle Van Vleuten qui l’a prise, mais plutôt Marianne Vos (CCC).

C’est sans doute le signe le plus important à ce jour que la légendaire Vos soit de nouveau à son meilleur, et une première victoire à La Course pour les 32 ans depuis la première édition de la course en 2014.

Cela nous a donné faim, mais malheureusement, La Course n’est qu’un événement d’une journée cette année.

Le spectaculaire Julian Alaphilippe augmente son avance

Julian Alaphilippe sur l'étape 13 du Tour de France 2019 (Jeff Pachoud / AFP / Getty Images)

Y a-t-il quelque chose que Julian Alaphilippe (Deceuninck – Quick-Step) ne peut pas faire?

Après avoir remporté une étape de son parcours favori accidenté pour remporter le maillot jaune et être à la hauteur des meilleurs grimpeurs du premier sommet de la course, le Français a maintenant remporté le contre-la-montre. Avant l’étape, il s’agissait de savoir s’il pouvait défendre son avance de 1-12 sur Thomas et rester dans le maillot jaune. Peu de gens prédisaient qu’il augmenterait son avance au sommet.

Autant dire que les fans français sont très excités. Depuis Bernard Hinault, ils n’ont jamais connu ce genre de circuit depuis un Tour, et la perspective d’une première victoire française depuis le cinquième et dernier triomphe de The Badger en 1985 est de plus en plus plausible chaque jour qui passe. .

Alors, y a-t-il quelque chose que Julian Alaphilippe ne peut pas faire? Aussi étonnant que ses performances au Tour de cette année aient été jusqu’à présent, d’énormes défis restent à relever. D’abord, le test de haute altitude de l’arrivée de demain au sommet du puissant Col du Tourmalet, puis une autre étape de montagne pyrénéenne le lendemain. Et après cela, il reste toute la question de la troisième semaine, qui a déjà été l’affrontement de nombreux prétendants au Grand Tour.

Quoi qu’il en soit, Alaphilippe a renforcé son statut de star internationale.

Geraint Thomas deuxième sur la scène, deuxième au général

Geraint Thomas lors du contre-la-montre étape du Tour de France 2019 (Yuzuru Sunada)

Bien qu’il ait perdu face à Julian Alaphilippe, Geraint Thomas (Ineos) devrait être satisfait du résultat du contre-la-montre d’aujourd’hui.

Il a consacré beaucoup de temps à tous ses rivaux du GC et s’est retrouvé dans une position très saine sur le GC, avec un seul autre pilote, Steven Kruijswijk de Jumbo-Visma, à moins d’une minute de retard.

Tous ses doutes quant à savoir s'il partage toujours les tâches de direction avec Egan Bernal ont également été mis au lit, le Colombien affichant un retard de 1-22.

Le problème maintenant sera de savoir quoi faire à propos de Julian Alaphilippe. Ineos est habitué à avoir le maillot jaune à ce stade de la course et à adopter la stratégie consistant à étrangler la course en fixant un tempo trop rapide sur les montagnes pour permettre à toute attaque de réussir. Mais si Alaphilippe continue à défier les probabilités et à rester dans la montagne, Thomas devra peut-être penser à quelque chose de plus innovant.

L’équipe ne paniquera pas encore et sera confiante d’obtenir les 1-26 nécessaires pour déloger Alaphilippe. Mais cela pourrait s’avérer un tour fascinant si le Français peut survivre dans les Pyrénées encore sous le maillot jaune.

Les victimes du vent de travers rebondissent

Richie Porte sur la 13ème étape du Tour de France 2019 (Photo de Chris Graythen / Getty Images)

Parmi les meilleurs sur la scène aujourd’hui, il y avait les prétendants au GC qui ont perdu du temps par vent de travers lors de la dixième étape.

Derrière Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) en troisième position – qui a réalisé une course extraordinaire compte tenu des efforts qu’il a déployés pour remporter l’échappée en solitaire il ya une semaine – était Rigoberto Urán (EF Education-First), Richie Porte (Trek-Segafredo) cinquième et, étonnamment, Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) en septième.

Ces performances indiquent que les trois pilotes sont en forme, et auraient été de sérieux prétendants au maillot jaune sans cette malheureuse perte de temps sur la route d'Albi.

Au lieu de cela, ils ont toujours l'air quelque peu à la dérive sur GC, avec Pinot à la septième place avec 3-22, Uran une place derrière à 3-54 et Porte, mais encore plus loin derrière à la quinzième avec 4-44.

Cela laisse derrière eux Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma), Enric Mas (Deceuninck-QuickStep) ainsi qu'Emanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe), qui ont tous produit des chronos aussi impressionnants pour rester à deux minutes de Thomas, quatrième et sixième respectivement.

Aucun des trois trios n’était particulièrement enthousiaste au début de la course, mais ils entrent dans l’étape cruciale du Tourmalet de demain, mais ils sont encore capables de nourrir des rêves de réussite.

Les grands perdants de la journée

Adam Yates sur la 13ème étape du Tour de France 2019 (Yuzuru Sunada)

Comme dans tout procès, l’étape 13 a vu son lot de victimes perdre énormément de temps sur le GC.

L’Anglais Adam Yates (Mitchelton-Scott) fait partie des personnes les plus touchées. Il passe de la 7ème à la 10ème place au total après une performance décevante contre la montre.

Nairo Quintana (Movistar) se trouve dans une situation similaire, juste au-dessus de la même position que Yates au classement général, après une course contre la montre généralement décevante.

C'est Romain Bardet (Ag2r-La Mondiale) qui a toutefois subi la plus grosse perte. L’ancien podium finlandais a signé un chrono 2-26 plus lent que le vainqueur, le laissant 17ème sur GC à 17h46, et un homme oublié alors que les fans français soutiennent leur nouvel espoir, Alaphilippe.

La pire journée a été réservée à Wout van Aert (Jumbo-Visma), l'une des courses préparatoires à l'étape qui semblait prête pour un superbe temps avant de chuter horriblement dans un virage en retard. Dans des scènes pénibles, il a été vu assis au bord de la route pendant un certain temps, avant d'être conduit par une ambulance à un hôpital. Les premières nouvelles sont au moins encourageantes, car il semble ne pas avoir subi de fracture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *