Cinq points de discussion de la 11ème étape du Tour de France 2019

Cinq points de discussion de la 11ème étape du Tour de France 2019

Caleb Ewan obtient sa victoire

Caleb Ewan remporte la 11ème étape du Tour de France 2019 (Sunada)

Caleb Ewan a enfin la victoire sur l’étape du Tour de France à laquelle il aspirait.

Le résultat d’aujourd’hui est en cours. L’Australien a pour la première fois fait preuve de son talent de sprinteur sur la scène mondiale en 2012, alors qu’il avait 18 ans et qu’il a remporté la médaille d’argent à la course sur route des Championnats du Monde Juniors.

>>> Caleb Ewan remporte sa première victoire sur le Tour de France par la plus belle des marges de la 11ème étape

Un contrat professionnel a suivi deux ans après et un premier Grand Tour l'année suivante à la Vuelta a España 2015, où il a fait irruption avec une victoire d'étape.

Malgré ce début de carrière électrisant, divers facteurs, dont l’engagement de son ancienne équipe Mitchelton-Scott à chevaucher pour GC, ont obligé à attendre pour faire ses débuts au Tour de France.

Sa nouvelle équipe, Lotto-Soudal, lui a donné la chance de participer au Tour cette année, qui avait été jusqu’à présent frustrante avec plusieurs podiums sans victoire. Cependant, Ewan a continué à persister et était visiblement ému sur le podium alors qu'il réalisait enfin un rêve d'enfant.

Une autre photo finish

Caleb Ewan remporte la 11ème étape du Tour de France 2019 (Marco Bertorello / AFP / Getty Images)

L'une des caractéristiques des sprints du peloton de ce Tour est à quel point ils ont été proches.

Plus tôt la semaine dernière, Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) avait remporté la victoire devant Caleb Ewan. Aujourd'hui, cet ordre a été inversé, Ewan l'emportant par une marge légèrement plus grande.

Ces finitions serrées illustrent à quel point les meilleurs sprinteurs sont à égalité dans cette course. En fait, les six sprints du peloton ont donné six vainqueurs différents: Groenewegen, Wout van Aert, Mike Teunissen (tous Jumbo-Visma), Elia Viviani (Deceuninck-Quick-Step), Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) et maintenant Ewan. .

Cela contraste nettement avec le schéma du Tour récent, dans lequel un sprinter – généralement Mark Cavendish, André Greipel ou Marcel Kittel – avait tendance à dominer et à remporter plusieurs étapes.

Cette ouverture a créé un sprint passionnant et imprévisible, et nous espérons que les grands noms pourront traverser les montagnes pour reprendre les hostilités sur les Champs-Élysées à la fin de la course.

Michael Matthews rétrogradé

Michael Matthews au Tour de France 2019 (Sunada)

La Team Sunweb a connu des développements intéressants lorsque le pilote star Michael Matthews a changé de rôle pour mener le sprint au jeune néo-pro Cees Bol.

L’Australien a expliqué devant l’étape que Bol devait être le coureur protégé de la journée, en citant la courte durée de l’étape et la nature de l’arrivée comme raisons de la décision de l’équipe.

Cependant, cela semblait toujours un choix étrange, surtout si l'on considère la forme de Matthews sur ce Tour – il n'a peut-être pas encore gagné, mais il a été remarquablement cohérent avec le top-10 dans toutes les étapes sauf deux, et s'est classé deuxième dans le vert. classement du maillot.

Il semble avoir renoncé à cette dernière cible, glissant à la quatrième place du classement et voyant son déficit vis-à-vis de Sagan se creuser pour passer à 90 points car il a choisi de ne pas contester le sprint intermédiaire de la journée.

L’arrivée de Matthews était plutôt décente, et il était tout juste en tête de la course à la bannière du kilomètre à parcourir, mais Bol ne pouvait finalement que sprinter pour une huitième place.

Pas de vent de travers

Après tout le drame de la 10ème étape, les coureurs se sont préparés à la possibilité que de nouveaux vents de travers assènent des ravages sur la course.

Parmi les grands perdants de la journée, Thibaut Pinot a été particulièrement attentif, son Groupama-FDJ ayant été à l'avant du peloton une bonne partie de la journée.

Cependant, les coureurs ont plutôt eu droit à une journée chaude sans vent, ce qui a permis de passer une journée sereine sur la selle.

Cela aurait pu être une déception pour nous, spectateurs, dans l’espoir d’une autre journée de course bien remplie, mais les coureurs auront été soulagés au repos, en particulier avec autant d’étapes pyrénéennes difficiles à l’horizon.

Nairo Quintana et Richie Porte survivent à un crash

Niki Terpstra s'écrase au Tour de France 2019 (Sunada)

Il n’y avait peut-être pas de vent de travers, mais c’était toujours une finale stressante pour ceux qui étaient pris dans un accident en retard.

Nairo Quintana (Movistar) et Richie Porte (Trek-Segafredo), tous deux de GC, se sont retrouvés devant le peloton et ont encore une trentaine de kilomètres à parcourir.

>>> Qui est hors du Tour de France 2019 après la 11ème étape?

Heureusement pour ces deux coureurs, l’équipe Trek-Segafredo de Porte a été prompte et a envoyé un train de domestiques pour Porte afin de les remonter rapidement au peloton.

L’autre pilote de l’équipe, Giulio Ciccone, a eu moins de chance. En revanche, contrairement à Porte, il a chuté dans l’écrasement, le laissant écorché et meurtri. Il a terminé l’étape à la dernière place, 12 à 03 après le peloton, mettant ainsi un terme à ses chances de concourir pour le maillot blanc (classement dans lequel il était troisième du classement général).

Niki Terpstra (Total Direct Energie), qui a été victime d’une grave chute, est encore moins bien lotie. Le Hollandais a complètement abandonné la course avec ce qui ressemblait beaucoup à une clavicule cassée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *