Brexit news: Un homme d'affaires parisien admet que le «Brexodus» est bien plus petit que ce que l'UE espérait | Monde | Nouvelles

Brexit news: Un homme d'affaires parisien admet que le «Brexodus» est bien plus petit que ce que l'UE espérait | Monde | Nouvelles

Le PDG de Paris Europlace a été mis au courant du résultat décevant de France 24 jeudi. L’animateur Stephen Carroll a déclaré: «C’est l’une des nombreuses conséquences du Brexit: une course des villes européennes pour remporter des dizaines de milliers d’emplois qui pourraient quitter Londres. Mais trois ans plus tard, le nombre de personnes qui déménagent est beaucoup moins élevé et il y en a encore moins qui ont effectivement déménagé.

«Il y a trois ans, nous étions pleins d’optimisme quant au Brexit, mais les mouvements d’entreprises et d’emplois en provenance de Londres seraient considérables, mais nous ne l’avons pas vraiment vue se concrétiser.

"C’est un geste moins important que prévu – il semble que les chiffres soient plus proches des centaines que des milliers ou des dizaines de milliers."

À contrecœur, M. de Breton répondit: «C'est vrai, un peu plus petit.

«Mais plus que des centaines, des milliers.

JUST IN: La France risque une nouvelle guerre commerciale avec Donald Trump après le vote des députés

"Nous estimons maintenant que près de 5 000 nouveaux emplois ont été créés à Paris en raison du Brexit.

"Nous estimons qu'environ un tiers a déjà été mis en œuvre, ce qui laisse les deux tiers à venir."

Au début de ce mois, le gouvernement français a lancé un nouveau programme visant à amener les entreprises britanniques à ouvrir un nouveau siège en France. La campagne "Rejoignez le jeu" comprend la création d'un site Web informant les investisseurs britanniques potentiels de la création de sociétés en France.

Malgré l’apparent manque de succès pour attirer les entreprises en France, M. de Bresson a fait part de son incertitude quant aux relations futures entre le Royaume-Uni et l’UE, ce qui inciterait davantage d’hommes d’affaires à déménager.

L'année dernière, le gouvernement centriste du président a intensifié ses efforts pour attirer les banques londoniennes à Paris après le Brexit en introduisant des mesures incitatives telles que des allégements fiscaux et en promettant de réduire les coûts de main-d'œuvre et d'ouvrir davantage d'écoles de langue anglaise pour les enfants des banquiers.

Outre les services bancaires et financiers, dont la Grande-Bretagne est l'un des principaux exportateurs mondiaux, la France a également montré des signes d'empressement à attirer les membres de la communauté de jeux de 4,4 milliards £ du Royaume-Uni.

La Direction générale française des entreprises, qui a mené la campagne "Rejoignez le jeu", a déclaré: "En quelques années seulement, les jeux vidéo sont devenus la deuxième industrie culturelle de la France, derrière le livre et devant le cinéma.

"C’est l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie française, avec plus de 5 000 emplois directs."

Selon les dernières estimations, la France pourrait perdre environ 141 320 emplois dans l'éventualité d'un Brexit sans accord – un coup dur pour le président Macron, sa popularité continuant de chuter au milieu des manifestations en cours des membres du mouvement Yellow Vest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *