BeoutQ pirates à chaque match de la Coupe du Monde Féminine en France

BeoutQ pirates à chaque match de la Coupe du Monde Féminine en France

Le diffuseur qatari beIN Sports revendique une victoire majeure après avoir annoncé qu'un tribunal français avait conclu à la présence d'Arabsat dans la prétendue opération de piratage beoutQ.

Chaque match de la Coupe du Monde Féminine en France est piraté par beoutQ, mais une percée juridique majeure en tant que tribunal français a décidé que beoutQ est distribué sur Arabsat.

Un tribunal français a jugé qu'Arabsat – le fournisseur régional de satellites basé en Arabie saoudite – distribuait beoutQ sur ses satellites, alors que cela faisait deux ans que Arabsat avait nié toute implication dans cette opération de diffusion pirates. La décision a été rendue le jour où il a été révélé que chaque match de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, 2019 en France avait été présenté de manière illégale sur beoutQ.

L’affaire contre Arabsat a été intentée par beIN Media Group, qui était la cible initiale du vol par BeoutQ du sport et du divertissement dans le monde. Les opérations de piratage de beoutQ touchent maintenant les radiodiffuseurs et les détenteurs de droits du monde entier. L’affaire de beIN a été portée devant le président du tribunal de grande instance de Paris en France parce que beIN a été illégalement privée de tout recours légal en Arabie saoudite, où l’opération pirate est basée.

L’affaire beIN visait à établir devant un tribunal que, malgré ses refus, Arabsat diffusait les émissions piratées de beoutQ. C’est ce qui a été définitivement établi il ya 12 mois par trois des principales entreprises mondiales de la sécurité numérique et de la technologie, Cisco Systems, Nagra et Overon, et le tout a maintenant été confirmé par une cour de justice européenne. Depuis le début du piratage de beoutQ en 2017, Arabsat a, de manière assez remarquable, nié tout lien avec l’activité de radiodiffusion pirates – en dépit de la publicité ouverte de beoutQ sur ses canaux Facebook et de réseaux sociaux, les fréquences Arabsat concernées. Arabsat a ignoré littéralement des centaines de notices légales de diffuseurs et de détenteurs de droits internationaux.

Remarquablement, à la suite d’essais techniques commandés de manière indépendante pour l’affaire française, Arabsat a fréquemment commuté les fréquences des satellites sur lesquels les chaînes de beoutQ sont acheminées – y compris vers des fréquences inaccessibles en France et en Afrique du Nord – afin de tromper les tribunaux pour échapper à la détection et pour que le tribunal français ne puisse plus se prononcer. En outre, pendant des mois, BeoutQ a faussement prétendu qu'il s'agissait d'une opération cubaine et colombienne jusqu'à ce que les gouvernements des deux pays émettent des dénégations catégoriques. Bien qu'Arabsat ait affirmé que «seules les émissions pirates de beoutQ étaient diffusées», le tribunal s'est rangé du côté de beIN, de sorte qu'Arabsat ne peut plus affirmer qu'elle ne diffuse pas beoutQ.

La décision française est intervenue le jour même où il a été révélé que les 17 premiers matches de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, 2019 en France avaient été diffusés illégalement sur beoutQ, un autre vol direct de la propriété intellectuelle de la FIFA après les 64 matchs de l'équipe masculine. La Coupe du Monde FIFA en Russie a été volée en 2018. Un peu plus tôt cette semaine, Luigi de Siervo, PDG de Lega Serie A, a déclaré que la Série A faisait pression sur le gouvernement italien pour qu'il prenne des mesures décisives contre beoutQ et qu'il reconsidère sa décision d'accueillir la Super Coupe en Arabie Saoudite. Les gouvernements américain et britannique, la Commission européenne et l'Organisation mondiale du commerce sont tous activement impliqués dans ce dossier.

Yousef Al-Obaidly, PDG de beIN Media Group, a commenté le jugement: «Cette décision judiciaire récente en France montre que même si l'accès à la justice nous est illégalement refusé, nous utiliserons tous les moyens possibles pour organiser beoutQ et Arabsat doit rendre compte de son vol quotidien de la propriété intellectuelle des titulaires de droits. Mais nous ne menons pas cette bataille à elle seule: le poids de la communauté internationale pèse désormais sur l'Arabie saoudite, qui doit mettre fin à son asile propice au piratage, qui détruit non seulement le modèle économique de l'industrie mondiale du sport et du divertissement, mais également le moyens de subsistance des créateurs de contenu du monde entier. "

Dans sa décision, le tribunal de grande instance de Paris a approuvé les rapports techniques produits par beIN et a confirmé l'implication d'Arabsat: «Les rapports concluent que les canaux beoutQ étaient disponibles les 18 et 24 juin 2018 à la fréquence 11919 MHz H et à la fréquence 12207 MHz V via le satellite Badr-4, opéré par Arabsat. Il ressort également du site Internet d’ARABSAT que son satellite Badr-4 couvre la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) et que, selon l’empreinte représentée sur le schéma du site, il couvre également une partie de l’Europe, y compris le Grand Sud. de France."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *