Bailey condamné pour meurtre par contumace par un tribunal français

Ian Bailey a été reconnu coupable par contumace du meurtre de la productrice française Sophie Toscan du Plantier.

Agé de 62 ans, il a été condamné à 25 ans de prison, à Toormore, dans le comté de Cork, à The Prairie. La peine maximale pour meurtre en droit français est de 30 ans.

Il a à plusieurs reprises nié toute implication dans le meurtre et ses avocats ont classé la procédure en France comme un «procès-spectacle», affirmant qu'ils étaient invalides et injustes.

Toscan du Plantier a été violemment agressée près d'une maison de vacances que son mari avait achetée près de Schull, dans l'ouest de Cork, il y a plus de 22 ans.

Le 23 décembre 1996, des voisins du défunt ont découvert son corps malmené.

Ian Bailey a nié à plusieurs reprises son implication dans l'assassinat de Sophie Toscan du Plantier

Au cours du procès, des photographies de la roche tachée de sang et du bloc de béton trouvées près du corps de la victime ont été montrées aux juges.

Le tribunal a également appris que sa maison ne révélait aucun signe de présence d'un intrus. On croit qu'elle a ouvert la porte à son assassin.

Il n'y avait pas de jury au procès et les trois juges ont mis environ cinq heures pour parvenir à un verdict.

Personne n'a jamais été inculpé en Irlande pour le décès de Mme Toscan du Plantier. Ian Bailey a été arrêté à deux reprises pour interrogatoire par Gardaí mais libéré sans inculpation.

Comme il n'était pas présent au tribunal pour la procédure, Ian Bailey ne peut faire appel du verdict.

Les autorités françaises vont maintenant demander son extradition pour la troisième fois.

Lors de son discours de clôture devant le tribunal, le procureur général Jean-Pierre Bonthoux a déclaré qu'il espérait que M. Bailey comparaîtrait un jour devant un tribunal français, en présence de ses avocats, afin de le condamner personnellement.

En droit français, toute personne reconnue coupable d'un crime par contumace a droit à un deuxième procès en France, où elle sera présente au tribunal et représentée par des avocats de la défense.

Les tribunaux irlandais ont à deux reprises rejeté les demandes d'extradition de M. Bailey – une fois lorsqu'il était recherché pour un interrogatoire en 2010 et une seconde fois après son inculpation en juillet 2016.

Réagissant au verdict, l'avocat de Ian Bailey, Frank Buttimer, a déclaré que la décision du tribunal français était un scandale complet et une aberration de la justice.

Il a dit que ce n'était pas un procès comme nous le comprendrions, mais un exercice d'estampillage.

Il a dit que c'était une honte pour notre système de justice et qu'en le facilitant, le ministère de la Justice dit qu'il n'a pas confiance en notre système juridique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *