Ariane Chemin, journaliste française, convoquée par la police pour son reportage sur le gouvernement Macron

La police a été convoquée pour avoir interrogé un correspondant du Monde, qui a beaucoup écrit sur un scandale de corruption impliquant le président français Emmanuel Macron, a annoncé mercredi le journal.

Ariane Chemin a annoncé pour la première fois, en juillet 2018, la nouvelle de «l'affaire Benalla», qui portait sur l'inconduite d'un ancien agent de sécurité de Macron, qui aurait alimenté des allégations de dissimulation au sein du palais de l'Elysée.

La division française de la police de la sécurité nationale a demandé à Chemin de comparaître pour un interrogatoire le 29 mai, renforçant ainsi les préoccupations concernant la liberté de la presse à l’ère Macron. En février, des représentants du bureau du procureur de Paris ont effectué une descente sans mandat dans les bureaux de Mediapart, un autre média, sur son propre reportage Benalla.

"Nous allons évidemment protéger nos informations, et nous exprimons nos inquiétudes face à cette convocation", a écrit Luc Bronner, directeur de la rédaction du journal Le Monde, dans un éditorial de mercredi. "L'intérêt public exige que l'on puisse enquêter sur l'entourage et les liens entretenus par les employés de l'Elysée ou de Matignon", a-t-il déclaré, évoquant les sièges du président et du Premier ministre.

Une porte-parole de l'Elysée a refusé de commenter.

Chemin est accusé de «commettre ou de tenter de commettre l'infraction de révéler ou de divulguer, par quelque moyen que ce soit, des informations susceptibles de conduire directement ou indirectement à l'identification d'une personne en tant que membre des forces spéciales», selon une copie de la convocation de la police partagée avec le Washington Post. Le document note également que si elle est inculpée et condamnée, elle pourrait être condamnée à une peine de prison.

Les accusations découlent d'une loi adoptée en avril 2016 en vertu de «l'état d'urgence» adopté à la suite des attentats terroristes qui ont dévasté la France l'année précédente. Le cas de Chemin marque la première fois que cette disposition spécifique est utilisée pour cibler un journaliste.

"C’est un très mauvais climat pour la presse", a indiqué Mme Chemin dans une interview, soulignant qu'elle travaillait comme journaliste depuis 1995. "C'est la première fois que la presse est traitée de cette manière".

Alexandre Benalla, l’un des confidents du président et des gardes du corps de l’époque, a été filmé sous l’identité d’un officier de police et frappant des manifestants lors d’une manifestation syndicale annuelle en mai 2018.

Macron n’a pas viré Benalla avant l’été, après que de nouvelles informations eurent attiré l’attention sur cet incident. L'administration Macron a depuis lors lutté pour échapper à la controverse.

Comme les rapports ultérieurs de Chemin et d'autres l'ont montré, l'histoire était plus qu'un agent de sécurité devenu voyou. Depuis, il est devenu un réseau d'intrigues de palais, avec de mystérieux passeports diplomatiques détenus par Benalla, des liens entre le garde du corps âgé de 27 ans et un oligarque russe, ainsi que des suspensions et des démissions à travers le gouvernement français.

Dans son éditorial, Bronner a déclaré que la police avait visé le reportage du journal Le Monde concernant un contrat que Benalla aurait négocié entre Chokri Wakrim, un ancien officier de l'armée de l'air française, et Iskander Makhmudov, un milliardaire russe soupçonné de liens avec la mafia. Les procureurs ont ouvert une accusation de corruption contre Wakrim, suspendu des forces aériennes.

Ce qui a attisé encore plus la fascination du public, c’est que la femme de Wakrim, Marie-Elodie Poitout, était la responsable de la sécurité à Matignon. Elle a été forcée de démissionner en février après avoir admis d’avoir reçu Benalla chez lui à Paris après que Macron l’a viré.

Macron a survécu à un vote de censure en juillet 2018, mais son gouvernement a été sidéré par un rapport du Sénat libéré en février pour sa conduite dans l'affaire Benalla.

Pour Chemin, l'ironie est que Macron, en tant que candidat à la présidence en 2017, était le seul candidat majeur à ne pas avoir attaqué les médias. Mais l'affaire Benalla a changé de ton, a-t-elle déclaré, évoquant un discours de juillet 2018 dans lequel il a déclaré que la presse "ne cherche pas la vérité".

Selon elle, le développement le plus choquant est l’allégation selon laquelle un des collaborateurs de Macron aurait fabriqué et diffusé une fausse vidéo pour détourner l’attention de Benalla lors des premiers jours du scandale, en utilisant des images de personnes non liées.

"Le fait que vous puissiez avoir quelqu'un au cœur du pouvoir capable de faire cela est, pour moi, incroyable", a déclaré Chemin.

Sa convocation a marqué le dernier point de complot dans la relation houleuse entre le président et la presse, qui se plaint souvent du fait que Macron a restreint l'accès au pouvoir exécutif.

Cette semaine, deux journaux régionaux ont boycotté une interview de groupe avec Macron après avoir rejeté sa demande de lui permettre de relire les citations avant publication, une pratique courante en France.

En 2018, la France se classait 32e sur 180 à l'indice mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

"Nous sommes préoccupés par la convocation par la police française de journalistes de différents médias, dont Le Monde, de leurs reportages", a déclaré Gulnoza Said, coordinateur du programme Europe et Asie centrale du Comité pour la protection des journalistes, dans un communiqué.

«Il est d’une importance vitale pour une presse libre que les journalistes puissent travailler sans censure tout en protégeant la confidentialité de leurs sources. Les autorités françaises doivent respecter cela et permettre aux journalistes de continuer à informer le public français sur un sujet d'actualité important. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *