Actualité du Brexit: "L'UE A BLOUER!": Un politicien français se déchaîne à Bruxelles et à Paris | La politique | Nouvelles

Actualité du Brexit: "L'UE A BLOUER!": Un politicien français se déchaîne à Bruxelles et à Paris | La politique | Nouvelles

Le conservateur français François-Xavier Bellamy, leader de la liste du parti de centre-droit Les Républicains aux élections européennes du mois prochain, a tenu un discours à Bruxelles lors d'un discours devant les expatriés français à Londres. Il a déclaré: «Nous devons garder la tête froide et nous rappeler que le Brexit est arrivé parce que l'UE a échoué. «Le Brexit est un problème britannique mais aussi français. C’est un problème pour le [French] économie, pour nos entreprises, pour nos agriculteurs et nos pêcheurs. "

Dans une référence à peine voilée à la ligne inflexible du président français Emmanuel Macron sur le Brexit, il a déclaré: «Cela ne peut pas être résolu en jouant à un jeu de posture.

"La France a un point de vue idéologique sur le Brexit, nous manquons de pragmatisme."

Il a également accusé le dirigeant centriste d'avoir exacerbé le risque d'absence de transaction en adoptant une position toujours dure sur les négociations de divorce.

La Grande-Bretagne a du mal à sortir du bourbier du Brexit après le rejet à trois reprises de l’accord de divorce du Premier ministre. Quand et comment le Royaume-Uni quittera-t-il le bloc de Bruxelles?

Les propos de M. Bellamy font écho à ceux du chef de son parti, Laurent Wauquiez, qui a déclaré la semaine dernière que le vote sur le Brexit marquait la "déconstruction de l'Europe".

La Grande-Bretagne est coincée dans les limbes du Brexit après que le Parlement ait rejeté à trois reprises l'accord de divorce négocié par le Premier ministre Theresa May et d'autres dirigeants européens en novembre dernier. On ne sait toujours pas quand, comment ou même si le pays quittera le bloc comme prévu.

L’UE a repoussé la date du divorce à partir du mois de mars pour donner à Mme May et à son gouvernement jusqu'au 31 octobre pour persuader les législateurs d’approuver les conditions de la sortie du pays.

Mme May souhaiterait que la Grande-Bretagne parte avant que le pays ne participe aux élections du Parlement européen à la fin du mois de mai, mais le calendrier pour le faire est extrêmement serré.

Le ministre de son cabinet, David Lidington, a déclaré la semaine dernière que le moment dépendrait de la progression des négociations en cours avec le parti travailliste pour trouver un consensus sur un accord, mais a indiqué que les discussions ne pouvaient durer.

“[I] ne peux pas vous donner une heure exacte. Cela dépend en grande partie de la manière dont les discussions avec le parti travailliste se déroulent », a déclaré M. Lidington à Reuters en marge d'une conférence sur la cybersécurité à Glasgow.

«Je ne veux pas définir de date limite rigide car cela commence à créer ses propres rigidités, mais je ne pense pas que cela puisse être autorisé à dériver plus longtemps. En réalité, nous devons y parvenir avant que le nouveau Parlement européen arrive, en juillet de cette année », a-t-il poursuivi.

M. Lidington a toutefois insisté sur le fait que les discussions avaient été productives et efficaces.

"Nous voulons renvoyer cette décision au Parlement dès que possible, mais nous voulons avoir le sentiment qu'il est possible que le Parlement se rallie à un résultat particulier", a-t-il déclaré.

"Je pense que tous les députés de tous les partis ont la responsabilité de trouver un moyen de faire avancer le pays, ce qui signifie un compromis de toutes les parties."

La Commission européenne, pour sa part, a de nouveau exclu la semaine dernière toute réouverture du traité de retrait.

"Il est exclu que nous renégocions ou rouvrions l'accord de retrait parce que c'est la meilleure solution possible", a déclaré à la presse Mina Andreeva, porte-parole principale en chef, citant les commentaires du président de la Commission, Jean-Claude Juncker.

Elle avait été invitée à commenter un rapport sur des membres du Parti conservateur de Mme May favorables au Brexit, exhortant le Premier ministre à apporter de nouvelles modifications au traité afin de supprimer la clause controversée de "protection" destinée à éviter les contrôles douaniers sur les terres sensibles d'Irlande du Nord frontière avec l'UE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *