Actualité de l'UE: La montée du populisme est un "vrai problème" en Europe, prévient le stratège | Monde | Nouvelles

Actualité de l'UE: La montée du populisme est un "vrai problème" en Europe, prévient le stratège | Monde | Nouvelles

Un stratège de haut niveau a averti que la montée du populisme était en train de devenir un "vrai problème" en Europe et pourrait entraîner des "dommages économiques". Salman Ahmed a affirmé que les forces politiques se façonnent «très rapidement» et pourraient se réaffirmer «de manière puissante». Faisant référence aux retombées économiques des prochaines élections européennes, le stratège en chef de Lombard Odier Investment Managers a déclaré à CNBC: «Le véritable problème de la montée du populisme et de la formation des forces politiques que nous observons se produit très, très rapidement, vraiment mis en évidence dans la prochaine récession. Parce que vous voyez alors certaines de ces forces se réaffirmer de manière très puissante alors que nous progressons vers des politiques populistes.

«Je pense que c’est une épave de train qui avance lentement, mais je n’ai aucun doute sur le fait qu’il s’agit d’une épave de train.

«Si Dieu ne revient pas dans la zone euro de manière importante et sur un pied d'égalité, comme vous l'avez mentionné, en France, par exemple, cette inquiétude face à tant de fonds qui vont à l'église.

«Je pense que ce sont des signes que les forces politiques vont commencer à influencer la politique économique de manière considérable.

"Si des dommages économiques se produisent, cela se produira très, très rapidement."

Un mois à peine avant les élections européennes de mai, le parti de Marine Le Pen, le Rassemblement national, a pris le pas sur le mouvement centriste d'Emmanuel Macron, selon un sondage Opinionway publié par Les Echos.

Les résultats montrent que le parti d'extrême droite dirigé par Jordan Bardella obtiendrait 24% des voix, en hausse de 1% en un mois.

Cela dépasse la majorité, dirigé par l'ancienne ministre Nathalie Loiseau, qui a perdu deux points en un mois, soit 21%.

M. Bardella a mené une campagne de lutte contre l'UE, qu'il décrit comme un "zombie, un impédant de vie".

Il a déclaré au site d'information politique Politico.co.uk: "J'ai rejoint le Front national pour Marine Le Pen – plus pour elle que pour le parti".

Dans le même temps, le parti conservateur Les Républiciens devrait recueillir 14% des suffrages français, tandis que le parti d'extrême gauche La France Insoumise (France Unbowed) en obtiendra 9%.

La nouvelle renforcera les craintes de l'UE selon lesquelles les partis eurosceptiques gagneraient fortement lors du vote de mai, et un sondage sur les chocs révèle que 70% des Français ont une très mauvaise opinion de M. Macron – une forte baisse de sa popularité après deux ans à la présidence .

En juin 2017, M. Macron s'est classé à 55% des avis positifs et à 45% des avis négatifs.

Mais deux ans plus tard, le président a 30% d’opinions positives et 70% d’opinions négatives, selon un sondage réalisé par Opinionway.

La perte de 25% d’opinions positives place M. Macron dans une mauvaise position parmi les présidents français.

Le vote, qui a lieu dans chaque pays de l'Union européenne du 23 au 26 mai et en France le 26 mai, s'annonce comme une lutte acharnée entre des partis populistes d'extrême droite contre l'UE et des groupes libéraux europhiles luttant pour sauver l'effondrement. Bloc de Bruxelles et approfondir l'intégration.

L'étude a été réalisée avec un échantillon de 1 965 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

L’échantillon a été interrogé à l’aide d’un questionnaire en ligne auto-administré au moyen d’interviews Web assistées par ordinateur (CAWI). Les entretiens ont eu lieu du 17 au 18 et les 22 et 23 avril 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *