2 coureurs expulsés du Tour de France après une altercation

Le peloton participe à la dix-septième étape de la course cycliste du Tour de France sur 200 kilomètres avec un départ à Pont Du Gard et une arrivée à Gap, en France, le mercredi 24 juillet 2019.

Le peloton participe à la dix-septième étape de la course cycliste du Tour de France sur 200 kilomètres avec un départ à Pont Du Gard et une arrivée à Gap, en France, le mercredi 24 juillet 2019.

AP Photo

GAP, France

Deux coureurs, dont un coéquipier du champion en titre du Tour de France, Geraint Thomas, ont été expulsés de la course après une altercation.

La fédération cycliste UCI et les organisateurs de la course ont annoncé mercredi que les coéquipiers de Thomas 'Ineos, Luke Rowe et Tony Martin, qui soutenaient le leader de Jumbo-Visma, Steven Kruijswijk, étaient disqualifiés.

Cette décision est un coup dur pour Thomas et Kruijswijk, qui se classaient respectivement deuxième et troisième au classement général derrière le leader de la course, Julian Alaphilippe, devant trois difficiles étapes alpines où ils auront besoin d’un soutien important.

Martin et Rowe ont semblé se serrer la tête vers l’arrivée de la 17e étape, une étape de 200 km, à Gap dans le Col de la Sentinelle. Martin a frappé Rowe à l'épaule, qui l'a ensuite poursuivi et a posé une main sur le cou de Rowe.

Rowe a déclaré que c'était juste une bataille pour la position, ajoutant qu'il avait "serré la main" avec Martin à la fin de l'étape.

"Pour venir ici avec cette équipe, une bande de bons amis, j'ai l'impression de les avoir laissé tomber et bien sûr, je me suis laissé tomber", a-t-il déclaré. "Nous essayions tous les deux de faire un travail. Peut-être avons-nous tous deux légèrement dépassé la marque, mais il est difficile d'être rejetés de la course, tous les deux. Aucun de nous ne le mérite."

Le directeur d'Ineos, Dave Brailsford, a qualifié la décision "d'incroyablement dure si je suis honnête".

"Ce n'est rien de plus que ce que vous voyez la plupart des jours de la course", a-t-il déclaré. "Je pense qu'un carton jaune aurait été mérité, mais un carton rouge, pour les deux coureurs en fait, me semble un peu sévère."

Thomas haussa les épaules.

"Ce n'est que le combat normal de mettre leurs dirigeants en position", a-t-il déclaré. "Rien de fou, vraiment."

C'est la deuxième année consécutive que Thomas a perdu un coéquipier pour des raisons disciplinaires. Gianni Moscon a été disqualifié pour avoir frappé un rival lors du Tour 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *